Géronimo, symbole de la cupabilité de l’homme blanc ?

« L’Apache est l’animal le plus vif et le plus rusé du monde, avec, en plus, l’intelligence d’un être humain».

Commandant Wirt Davis – 1885

 

« un bon indien est un indien mort »

général A.Custer

 

Geronimo03

Non tous vos ennemis ne se valent pas….

 

01 mai 2011 « Geronimo E-KIA »

L’operation « Géronimo » s’achèvent et à la maison blanche un des commanders a crié « Geronimo E-KIA », ce qui signifie que la mission est terminée et que l’ennemi est mort au combat (Enemy killed in action)

Channel 4 News a déclaré que « selon certaines analyses, l’armée américaine a choisi ce nom de code car Ben Laden, comme Geronimo, avait échappé à la capture pendant des années57. S’ils avaient tenté d’éviter de créer un mythe, il semblerait qu’ils aient choisi le mauvais nom. »

Les Amérindiens ont protesté contre l’utilisation du nom de Geronimo :                  « [Cela signifie] à quel point l’image de l’Amérindien considéré en tant qu’ennemi est profondément ancrée dans la mentalité de l’Amérique » a déclaré Suzan Shown Harjo, présidente du Morning Star Institute, un groupe de pression en faveur des Amérindiens basé à Washington. « Il y a peu de doute que l’utilisation d’un leader comme Geronimo pour faire référence à Ben Laden est mal avisé » a écrit Keith Harper, avocat et membre de la nation Cherokee, dans un email adressé à un journaliste du Washington Post. (lu sur wikipedia)

si on peut contester le bon goût de l’appellation de l’opération, elle n’est pourtant pas due au hasard : on qualifiait déjà de guerre indienne les opérations militaires américaines en Afghanistan. En effet comme les sombres et sanglants épisodes de la conquête de l’Ouest, les tuniques bleues ont mis énormément de temps à comprendre qu’ils n’avaient pas en face d’eux un seul ennemi réduit à sa couleur de peau dont ils auraient pu vaincre l’armée et capturer le chef. Mais qu’ils avaient plutôt affaires à une multitudes de sociétés se liant entre elles en fonctions du contexte sans renoncer à leurs différences et leur autonomie propre.

 

Quinze membres de la confrérie de la mort. 
Chaque nouvelle coterie est constituée de quinze personnes 
toujours prises en photo de la même manière
 avec un guéridon couvert d'une nappe 
où est brodé l'emblème de la société 
sur laquelle sont entreposés deux fémurs en croix
 et un crâne. 

L'assemblée est dominée d'une horloge de parquet 
indiquant huit heures du soir.

 Les os sur la table seraient les restes
 de la dépouille de Geronimo,
 dont la société secrète aurait profané la sépulture.

1918 Qui a volé le crâne et deux os de Geronimo ?

 D’après certains, dont Harlyn Geronimo, l’arrière petit-fils du chef indien qui réclame justice, la tombe de Geronimo aurait été profanée vers 1918. Un groupe nommé « Skull and bones » conserverait encore le crâne, deux os, et des effets ayant appartenu au grand chef indien. L’un des profanateurs serait Prescott Bush, grand-père de l’ex-président Georges W. Bush.
(sur la photo vous apprécierez Geronimo ( encore lui !) qui en fin de vie réduit à l’état de bête de cirque avait pris l’habitude de poser devant les photographes contre des espèces sonnantes )

Le mythe du peau rouge sauvage qui traverse le temps

Alors que le génocide amérindien n‘est toujours pas reconnu, qu’on préfère parler frileusement d’ « ethnocide »  (peut être pour ne pas avoir à en assumer financièrement et politiquement les conséquences) les paranos et révisionnistes préfèrent en nier la réalité voir le minorer  (cf cet article nauséabond d‘agoravox)

Au xixe siècle et au début du xxe, le mauvais sauvage a permis d’articuler l’idéologie de l’impérialisme européen. Comme le dit Kipling, c’était un natif pervers, “ moitié démon, moitié enfant ”, qui avait besoin d’être dirigé par l’homme blanc.

Regard de l’autre, regard sur l’autre

Si celui ci à été longtemps réduit à un statut moindre par rapport aux citoyens américains (la déclaration d’indépendance ne concerne en fait ni les derniers immigrés pauvres, ni les travailleurs chinois, ni les esclaves africains, ni les femmes ni les amérindiens…) Le statut actuel du citoyen amérindien est encore lié à des particularisme : le droit tribal ne s’applique qu’a des condition stricte en fonction de la … »pureté raciale » …. sic ! …
Les américains arrivé après Christophe Colomb craignent encore le spectre de l’autochtone dont ils occupent l’espace; Plus d’un siècle à confiner des peuples dans des réserves qui varièrent du camps de concentrations à l’espace politique minimum de confinement des « natifs ».
Les conditions de vie des populations amérindiennes des réserves n’ont rien à envier à d’autres populations de par le monde :
chômage, obésité, toximanies dont alcoolisme et dominées parmis les dominés un sexisme et une violence faite aux femmes plus importante que sur le reste du territoire américain.
En effet les wasp contemporains qui craignent que des nouveaux arrivants s’approprient leur pays oublient que leurs ancêtres furent eux mêmes des immigrants…
Et n’oublions pas que l’une de leur fête national (Thanksgiving) célèbre encore le don de nourriture des autochtones aux néo-arrivants mal acclimatés
Bref le WASP américain ne peut oublier sa culpabilité…. Même s’il est parfois arrivé à corrompre le natif en lui refourguant ses déchets nucléaires ou lui laissant plumer légalement des pigeons dans ses casinos
Et la représentation culturelle de l’amérindien en générale et de Geronimo en particulier reste marqué par cette crainte d’un ennemi vaincu dont le spectre hante encore les américains.
punkastor,
celui-qui-s’assoit-partout-par-terre
pour aller plus loin

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s