Baston – Renaud ( Rue Barbare – Gilles Béhat)

gropapa style, barbare à l’ancienne !

Publicités

Anti-sionisme et anti-impérialisme : retour sur l’histoire du BUND.

tres bon article de quartiers libre sur le bund

Quartiers libres

Les antisémites de tous bords assimilent l’ensemble des populations juives au courant sioniste, pour créer l’illusion d’une unité d’intérêt justifiant leur obsession idéologique. Pourtant dans l’histoire du XIXe et du XXe siècle, les premiers opposants au sionisme furent des groupes politiques juifs. Le plus connu d’entre eux, le BUND (acronyme correspondant à l’union générale des ouvriers juifs de Russie, de Pologne et de Lituanie) est un parti revendiquant une identité yiddish, en tant que minorité opprimée, et se proclamant antisioniste, internationaliste et socialiste (au sens marxiste). L’histoire du BUND manifeste la diversité des points de vue politiques exprimés par les communautés juives à l’égard du sionisme.

BUND1

Naissance du BUND : Un parti de masse en lutte.

A la fin du XIXe siècle, l’empire russe englobe les pays baltes, la Pologne, la Biélorussie et l’Ukraine : dans cette

View original post 1 111 mots de plus

[Identité sociale toi-même !] Le régime des intermittents du spectacle pourrait servir de modèle aux autres chômeurs

Identité sociale toi-même !

Depuis plusieurs années, nous menons une recherche théâtrale sur le thème du travail. Grand sujet d’actualité dans ce contexte de crise généralisée, de licenciements massifs, de casse des protections sociales, de mise en concurrence de tous contre tous. Au fil de nos échanges, expérimentations, interviews et recherches, nous avons pris conscience que le travail constituait, plus que jamais, une partie de notre identité sociale et qu’il était rare d’échapper à cette logique. Dis-moi ce que tu fais et je te dirais qui tu es. Alors on s’est demandé, nous « les artistes du spectacle vivant », c’est quoi exactement notre identité sociale ?

Pas si facile de répondre à dire vrai. Nous ne produisons pas de biens matériels, nous ne rendons pas de services directs à la personne, nous ne faisons pas tourner une boîte directement… Pourtant selon « le dernier rapport conjoint des ministères de l’Économie et de la Culture, la culture contribue à hauteur de 57,8 milliards d’euros au PIB. Il s’agit de la valeur ajoutée directe, c’est à dire du seul fait des activités culturelles. Ce qui équivaut à 3,2% du PIB, soit sept fois la valeur ajoutée de  l’industrie automobile. Ces chiffres, basés sur les calculs de l’Insee, montrent bien que la culture génère plus de richesses que l’industrie automobile » (sources La tribune du 3 janvier 2014, c’est dire si on invente rien !).

Bon… ça nous a fait réfléchir à notre identité sociale. Il semblerait au moins qu’on soit sauvé. On sert à quelque chose car on rapporte ! Ouf ! Naïvement, on a pensé que ces chiffres officiels nous permettrait de sortir de notre crise identitaire d’artiste inutile, ne produisant rien que des moments éphémères. Finalement non, on a rechuté lorsqu’on a entendu partout que le MEDEF voulait supprimer les annexes 8 et 10 de l’assurance-chômage, c’est-à-dire le régime des intermittents (artistes et techniciens). On a réfléchi calmement… Nous ne sommes pas encore intermittents mais nous aspirons à le devenir. Même si nous ne touchons pas encore d’indemnités chômage liées au régime des intermittents (depuis la signature du protocole de 2003, les artistes doivent faire 507 heures en 10 mois et demi et les techniciens en 10 mois), quand nous sommes payés en cachets, nous cotisons à ce régime ! Alors côté identité sociale, on y a vu plus clair, nous sommes des aspirants intermittents. Donc cette histoire, ça nous concerne ! Et ça nous touche particulièrement car nous sommes même pire que des intermittents, nous sommes des précaires qui cotisons au régime sans être rémunéré (rappelons qu’1 chômeur sur deux n’est actuellement pas rémunéré en France).

Bon alors là on a eu un coup de blues quand on a compris que le MEDEF voulait tout bonnement nous faire disparaître. Allez hop ! Les intermittents et précaires, plus d’identité sociale ! Paraît qu’on coûterait trop cher… Alors on s’est demandé si finalement, prendre la nouvelle identité sociale qu’ils prévoyaient pour nous, celle du chômeur au régime général, n’était pas un moyen d’exister quand même. Avec des chercheurs d’universités, des gens avisés qui travaillent sérieusement sur ces questions depuis plusieurs années, on a fait des calculs. Et on s’est aperçu de deux choses : d’abord, qu’on leur coûterait pas moins cher en changeant d’identité, et surtout que cette nouvelle identité sociale serait contre notre nature profonde : celle d’être des travailleurs intermittents justement (c’est-à-dire d’enchaîner les contrats de manière systématiquement discontinue).

Notre quête ne s’est pas arrêtée là. Lorsqu’on s’est demandé pourquoi ils voulaient à tout prix nous supprimer (oui, on s’est dit qu’il devait forcément y avoir une raison à tant de haine), on a observé la situation des autres identités sociales à côté de nous, et on s’est rendu compte qu’on n’était pas les seuls à avoir des emplois discontinus. Finalement, on en a conclu que notre identité sociale commençait à trop ressembler à celles des autres chômeurs (aujourd’hui 86% des embauches se font en CDD, il y a des millions de salariés pauvres ou à temps partiel), et que le régime des intermittents du spectacle pourrait servir de modèle aux autres chômeurs, qu’ils pourraient réclamer de nouveaux droits pour être mieux protégés (les annexes 8 et 10 de l’assurance-chômage font partie des rares dispositifs de protection sociale pensés pour l’emploi discontinu).

À partir de là, on a donc d’abord établi que le MEDEF avait une identité sociale opposée à la nôtre. Et ensuite, on a fait le lien avec ce terme qu’on entendait partout dans les médias, celui avec lequel ils n’arrêtent pas de nous appeler : « les privilégiés ». La crise identitaire était à son comble ! Aujourd’hui, avoir un régime de protection sociale relativement en phase avec ses conditions de travail c’est avoir des privilèges ! Étant absolument opposé à toute forme de privilèges, nous avons pensé qu’il fallait tout changer en tirant toutes les identités sociales vers haut, nous avons dit que nous serions solidaires des autres pour une meilleure protection sociale. Et nous avons aussi décidé de nous opposer à cette logique de mise en concurrence des chômeurs entre eux. Nous restions tout de même fragiles. Notre identité sociale était toujours sur le point d’être anéantie.

Dans la nuit du 21 mars 2014, nous avons soufflé un brun quand nous avons appris que nos bagarres pour défendre notre identité avait payées, qu’ils ne nous supprimeraient pas. Mais nous avons de nouveau tremblé quand nous avons appris que le MEDEF, la CFDT et FO avaient passé presque 12h à la machine à café des locaux du patronat pour se mettre d’accord sur notre sort (l’accord de l’Unedic a été conclu en 15 minutes après 12h d’interruption de séances). D’abord, on a eu une petite pensée émue pour les mecs de la CGT à qui on n’a pas indiqué le chemin de la machine à café. Et quand on a entendu les mesures qu’ils avaient prises, on s’est dit qu’une telle ingestion de café avaient dû leur faire perdre l’esprit. Ils ont décidé d’augmenter les cotisations patronales et salariales sans l’accord des véritables employeurs, nous, les compagnies de théâtre et maisons de production de l’audiovisuel indépendant, qui subiront de plein fouet cette mesure dont le gain pour le budget de l’Unedic sera négligeable. On a appris que l’annexe 4, celle des intérimaires en prenait un coup aussi : pour plus de 70% des intérimaires, c’est une baisse de revenu qui atteindra en moyenne 300 euros par mois ! Ensuite, toujours dans leur délire caféiné, ils ont dû penser que les inégalités n’étaient pas assez fortes dans ce pays, et ils ont mis en place un nouveau calcul du différé (période sans versement d’indemnités) qui a pour conséquence d’allonger la période de disette pour les bas et moyens salaires (en moyenne un mois) et de la réduire pour les hauts revenus. Notre identité sociale en était toute retournée ! La ministre de la Culture a demandé qu’on refasse les calculs. Et finalement, ça n’a pas changé grand chose car on passe de 57% de personnes touchées par cet allongement de période de disette à 47%. On s’est dit que cette ministre devait sûrement avoir bu elle aussi des cafés dans locaux du MEDEF pour agir ainsi. Bref.

Dans notre quête du Graal on avait quand même bien avancé. On savait aujourd’hui que cette identité sociale de travailleur-se-s précaires à emplois discontinus, on devait la défendre nous-mêmes, qu’on ne pouvait pas compter sur le gouvernement (bon ça on le savait déjà mais ça c’est drôlement confirmé). C’est là qu’on a appris que des personnes avaient constitué un comité de suivi du protocole signé en 2003 pour élaborer des propositions plus justes et plus économiques pour défendre notre identité sociale et celles des autres chômeurs, et que personne (même le nouveau ministre du travail qui avaient signé ces propositions) ne voulaient en entendre parler.

Alors on s’est dit que cela ne devait pas être un hasard : pour le patronat, les identités sociales des travailleur-se-s doivent être penser en dehors de toute justice sociale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le travail, rien d’autre qu’un rapport de force entre deux classes aux intérêts diamétralement opposés, constitue aujourd’hui notre identité sociale. Quand on a compris ça, on a pu enfin répondre à la question initiale : nous « les artistes du spectacle vivant », c’est quoi exactement notre identité sociale ? Notre identité sociale c’est la lutte. Alors, on s’est mis à lutter. Comme on pouvait. Avec nos spectacles, dans des textes, parfois seuls dans notre tête, mais les fois où on s’est fait le plus entendre c’était avec plein de gens dans la rue. Et paraît même que ce serait le moyen le plus efficace en matière de justice sociale.

La Compagnie Sans la nommer s’oppose fermement à l’accord de l’Unedic conclu dans la nuit du 21 mars 2014 et soutient les initiatives de lutte des intermittents et précaires !

Compagnie Sans la nommer, 6 mai 2014

lu sur le juralib

Géronimo, symbole de la cupabilité de l’homme blanc ?

« L’Apache est l’animal le plus vif et le plus rusé du monde, avec, en plus, l’intelligence d’un être humain».

Commandant Wirt Davis – 1885

 

« un bon indien est un indien mort »

général A.Custer

 

Geronimo03

Non tous vos ennemis ne se valent pas….

 

01 mai 2011 « Geronimo E-KIA »

L’operation « Géronimo » s’achèvent et à la maison blanche un des commanders a crié « Geronimo E-KIA », ce qui signifie que la mission est terminée et que l’ennemi est mort au combat (Enemy killed in action)

Channel 4 News a déclaré que « selon certaines analyses, l’armée américaine a choisi ce nom de code car Ben Laden, comme Geronimo, avait échappé à la capture pendant des années57. S’ils avaient tenté d’éviter de créer un mythe, il semblerait qu’ils aient choisi le mauvais nom. »

Les Amérindiens ont protesté contre l’utilisation du nom de Geronimo :                  « [Cela signifie] à quel point l’image de l’Amérindien considéré en tant qu’ennemi est profondément ancrée dans la mentalité de l’Amérique » a déclaré Suzan Shown Harjo, présidente du Morning Star Institute, un groupe de pression en faveur des Amérindiens basé à Washington. « Il y a peu de doute que l’utilisation d’un leader comme Geronimo pour faire référence à Ben Laden est mal avisé » a écrit Keith Harper, avocat et membre de la nation Cherokee, dans un email adressé à un journaliste du Washington Post. (lu sur wikipedia)

si on peut contester le bon goût de l’appellation de l’opération, elle n’est pourtant pas due au hasard : on qualifiait déjà de guerre indienne les opérations militaires américaines en Afghanistan. En effet comme les sombres et sanglants épisodes de la conquête de l’Ouest, les tuniques bleues ont mis énormément de temps à comprendre qu’ils n’avaient pas en face d’eux un seul ennemi réduit à sa couleur de peau dont ils auraient pu vaincre l’armée et capturer le chef. Mais qu’ils avaient plutôt affaires à une multitudes de sociétés se liant entre elles en fonctions du contexte sans renoncer à leurs différences et leur autonomie propre.

 

Quinze membres de la confrérie de la mort. 
Chaque nouvelle coterie est constituée de quinze personnes 
toujours prises en photo de la même manière
 avec un guéridon couvert d'une nappe 
où est brodé l'emblème de la société 
sur laquelle sont entreposés deux fémurs en croix
 et un crâne. 

L'assemblée est dominée d'une horloge de parquet 
indiquant huit heures du soir.

 Les os sur la table seraient les restes
 de la dépouille de Geronimo,
 dont la société secrète aurait profané la sépulture.

1918 Qui a volé le crâne et deux os de Geronimo ?

 D’après certains, dont Harlyn Geronimo, l’arrière petit-fils du chef indien qui réclame justice, la tombe de Geronimo aurait été profanée vers 1918. Un groupe nommé « Skull and bones » conserverait encore le crâne, deux os, et des effets ayant appartenu au grand chef indien. L’un des profanateurs serait Prescott Bush, grand-père de l’ex-président Georges W. Bush.
(sur la photo vous apprécierez Geronimo ( encore lui !) qui en fin de vie réduit à l’état de bête de cirque avait pris l’habitude de poser devant les photographes contre des espèces sonnantes )

Le mythe du peau rouge sauvage qui traverse le temps

Alors que le génocide amérindien n‘est toujours pas reconnu, qu’on préfère parler frileusement d’ « ethnocide »  (peut être pour ne pas avoir à en assumer financièrement et politiquement les conséquences) les paranos et révisionnistes préfèrent en nier la réalité voir le minorer  (cf cet article nauséabond d‘agoravox)

Au xixe siècle et au début du xxe, le mauvais sauvage a permis d’articuler l’idéologie de l’impérialisme européen. Comme le dit Kipling, c’était un natif pervers, “ moitié démon, moitié enfant ”, qui avait besoin d’être dirigé par l’homme blanc.

Regard de l’autre, regard sur l’autre

Si celui ci à été longtemps réduit à un statut moindre par rapport aux citoyens américains (la déclaration d’indépendance ne concerne en fait ni les derniers immigrés pauvres, ni les travailleurs chinois, ni les esclaves africains, ni les femmes ni les amérindiens…) Le statut actuel du citoyen amérindien est encore lié à des particularisme : le droit tribal ne s’applique qu’a des condition stricte en fonction de la … »pureté raciale » …. sic ! …
Les américains arrivé après Christophe Colomb craignent encore le spectre de l’autochtone dont ils occupent l’espace; Plus d’un siècle à confiner des peuples dans des réserves qui varièrent du camps de concentrations à l’espace politique minimum de confinement des « natifs ».
Les conditions de vie des populations amérindiennes des réserves n’ont rien à envier à d’autres populations de par le monde :
chômage, obésité, toximanies dont alcoolisme et dominées parmis les dominés un sexisme et une violence faite aux femmes plus importante que sur le reste du territoire américain.
En effet les wasp contemporains qui craignent que des nouveaux arrivants s’approprient leur pays oublient que leurs ancêtres furent eux mêmes des immigrants…
Et n’oublions pas que l’une de leur fête national (Thanksgiving) célèbre encore le don de nourriture des autochtones aux néo-arrivants mal acclimatés
Bref le WASP américain ne peut oublier sa culpabilité…. Même s’il est parfois arrivé à corrompre le natif en lui refourguant ses déchets nucléaires ou lui laissant plumer légalement des pigeons dans ses casinos
Et la représentation culturelle de l’amérindien en générale et de Geronimo en particulier reste marqué par cette crainte d’un ennemi vaincu dont le spectre hante encore les américains.
punkastor,
celui-qui-s’assoit-partout-par-terre
pour aller plus loin

 

 

 

 

Non nos bons maîtres, nous ne voterons plus pour vous…

 » Quand l’extrême droite progresse chez les gens ordinaires, c’est d’abord sur elle-même que la gauche devrait s’interroger. « 

Georges Orwell

on peut lire sur les réseaux asociaux et chez les gens du monde réel une surprise et moûltes commentaires sur les élections européennes du 25 mai. Pourtant on peut en revenir à quelques chiffres simples :

– En 2009, 59.5% d’abstention, 6.3% pour le FN.
– En 2014, 57% d’abstention, 25% pour le FN.

pourtant si la loi électorale n’avais pas évoluée il y a deux ans ce chiffre serait encore plus grand :

en effet :

L’abstention consiste à ne pas participer à une élection ou à des opérations de référendum. Elle traduit soit un désintérêt total pour la vie publique, soit un choix politique actif consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord. Ainsi, à l’occasion du référendum sur les accords de Matignon portant sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie en 1988, l’un des partis de l’opposition avait appelé ses partisans à s’abstenir pour s’opposer au texte. Néanmoins, l’abstention semble traduire une crise de la représentation et peut poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu avec une faible participation.

Le vote blanc consiste à déposer dans l’urne une enveloppe vide ou contenant un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum). Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection.

Le vote nul correspond à des bulletins déchirés ou annotés qui ne sont pas pris en compte dans les résultats de l’élection. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur n’a pas forcément souhaité que son vote soit nul (il a cru, par exemple, qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Depuis la loi du 21 février 2014 visant à reconnaître le vote blanc aux élections les bulletins blancs seront, à compter du 1er avril 2014, décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tel au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais, comme auparavant, ils ne seront pas pris en compte dans le nombre des suffrages exprimés (ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls).

Cette loi est l’aboutissement d’une proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale en juillet 2012 qui avait pour objectif de faire reconnaître que le vote blanc est un acte citoyen qui se distingue de l’abstention – l’électeur s’étant déplacé jusqu’à son bureau de vote – et exprime une volonté politique de participer au scrutin pour dire son refus de choisir entre les candidats en lice. La prise en compte du vote blanc pourrait permettre de faire reculer le taux d’abstention.

lu sur vie publique

et pourtant le but de cette loi et du parti du vote blanc et de faire reconnaitre, non un désintérêt pour la vie politique mais la lassitude des électeurs vis a vis de ce système de démocratie indirect où l’électeur n’as constitutionnellement aucun contrôle sur son élu !

si on relis les propositions à ce sujet au lieu de minimiser la non participation aux élections, le but premier était plutôt de reconnaitre le ras-le-bol des citoyens-électeurs vis à vis d’un système où l’absence de choix réel domine. A quoi bon allez voter pour bonnet blanc ou blanc bonnet ?

 

le vrai courage politique serait de reconnaitre que si l’ensemble des abstentionnistes, bulletin nuls et blanc dépassait la majorité des inscrits (et encore on pourrait prendre en compte la différence entre ceux qui on le droit de vote ou pas dans la population) à une élection celle ci devrait être invalidée et ré organisée dans d’autres termes afin de correspondre au attentes de tous et toutes !

Et pourtant pour les nationaux-patriotes, zoziaux-chauvins et autres fafounets fier-e-s de leurs pinards et camembert, le rendez vous n’a pas été manqué; et la structure politique qui a recueillit leurs voix s’enrichit de leurs votes protestataires.

la presse libérale du kapital pourras toujours nous compter que ce sont les moins instruits qui votent extreme , elle oublie que plutôt de voter fn les classes laborieuses ne votent plus, elles ne croient tous simplement plus au cirque électoral qui l’as trop souvent dupé. (si vous ne connaissez pas les statistiques sur le sujet, faites vos devoirs petits malins !)

Donc nous remercierons d’avance les sociaux démocrates de ne plus abuser du vote utile, « rempart de l’antifascisme  » et plutôt que de les voir sermonner les déserteurs de l’isoloir, nous préfèrerions qu’ils s’intéressent aux raisons qui fait que leurs moutons ne veulent plus être pris pour des cons !

le pire de toute cette comédie est que la farce n’est plus toute jeune, le mot de la fin restant à Octave Mirbeau avec ces mots écrits pour le figaro du 28 novembre 1888 :

La grève des électeurs

Une chose m’étonne prodigieusement — j’oserai dire qu’elle me stupéfie — c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les innombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Quand on réfléchit un seul instant, ce surprenant phénomène n’est-il pas fait pour dérouter les philosophies les plus subtiles et confondre la raison ?

Où est-il le Balzac qui nous donnera la physiologie de l’électeur moderne ? et le Charcot qui nous expliquera l’anatomie et les mentalités de cet incurable dément ? Nous l’attendons.

     Je comprends qu’un escroc trouve toujours des actionnaires, la Censure des défenseurs, l’Opéra-Comique des dilettanti, le Constitutionnel des abonnés, M. Carnot des peintres qui célèbrent sa triomphale et rigide entrée dans une cité languedocienne ; je comprends M. Chantavoine s ‘obstinant à chercher des rimes ; je comprends tout. Mais qu’un député, ou un sénateur, ou un président de République, ou n’importe lequel parmi tous les étranges farceurs qui réclament une fonction élective, quelle qu’elle soit, trouve un électeur, c’est-à-dire 1’être irrêvé, le martyr improbable, qui vous nourrit de son pain, vous vêt de sa laine, vous engraisse de sa chair, vous enrichit de son argent, avec la seule perspective de recevoir, en échange de ces prodigalités, des coups de trique sur la nuque, des coups de pied au derrière, quand ce n’est pas des coups de fusil dans la poitrine, en vérité, cela dépasse les notions déjà pas mal pessimistes que je m’étais faites jusqu’ici de la sottise humaine, en général, et de la sottise française en particulier, notre chère et immortelle sottise, ô chauvin !

     Il est bien entendu que je parle ici de l’électeur averti, convaincu, de l’électeur théoricien, de celui qui s’imagine, le pauvre diable, faire acte de citoyen libre, étaler sa souveraineté, exprimer ses opinions, imposer — ô folie admirable et déconcertante — des programmes politiques et des revendications sociales ; et non point de l’électeur « qui la connaît » et qui s’en moque, de celui qui ne voit dans « les résultats de sa toute-puissance » qu’une rigolade à la charcuterie monarchiste, ou une ribote au vin républicain. Sa souveraineté à celui-là, c’est de se pocharder aux frais du suffrage universel. Il est dans le vrai, car cela seul lui importe, et il n’a cure du reste. Il sait ce qu’il fait. Mais les autres ?

     Ah ! oui, les autres ! Les sérieux, les austères, les peuple souverain, ceux-là qui sentent une ivresse les gagner lorsqu’ils se regardent et se disent : « Je suis électeur ! Rien ne se fait que par moi. Je suis la base de la société moderne. Par ma volonté, Floque fait des lois auxquelles sont astreints trente-six millions d’hommes, et Baudry d’Asson aussi, et Pierre Alype également. » Comment y en a-t-il encore de cet acabit ? Comment, si entêtés, si orgueilleux, si paradoxaux qu’ils soient, n’ont-ils pas été, depuis longtemps, découragés et honteux de leur œuvre ? Comment peut-il arriver qu’il se rencontre quelque part, même dans le fond des landes perdues de la Bretagne, même dans les inaccessibles cavernes des Cévennes et des Pyrénées, un bonhomme assez stupide, assez déraisonnable, assez aveugle à ce qui se voit, assez sourd à ce qui se dit, pour voter bleu, blanc ou rouge, sans que rien l’y oblige, sans qu’on le paye ou sans qu’on le soûle ?

     À quel sentiment baroque, à quelle mystérieuse suggestion peut bien obéir ce bipède pensant, doué d’une volonté, à ce qu’on prétend, et qui s’en va, fier de son droit, assuré qu’il accomplit un devoir, déposer dans une boîte électorale quelconque un quelconque bulletin, peu importe le nom qu’il ait écrit dessus ?… Qu’est-ce qu’il doit bien se dire, en dedans de soi, qui justifie ou seulement qui explique cet acte extravagant ?

     Qu’est-ce qu’il espère ? Car enfin, pour consentir à se donner des maîtres avides qui le grugent et qui l’assomment, il faut qu’il se dise et qu’il espère quelque chose d’extraordinaire que nous ne soupçonnons pas. Il faut que, par de puissantes déviations cérébrales, les idées de député correspondent en lui à des idées de science, de justice, de dévouement, de travail et de probité ; il faut que dans les noms seuls de Barbe et de Baihaut, non moins que dans ceux de Rouvier et de Wilson, il découvre une magie spéciale et qu’il voie, au travers d’un mirage, fleurir et s’épanouir dans Vergoin et dans Hubbard, des promesses de bonheur futur et de soulagement immédiat. Et c’est cela qui est véritablement effrayant. Rien ne lui sert de leçon, ni les comédies les plus burlesques, ni les plus sinistres tragédies.

     Voilà pourtant de longs siècles que le monde dure, que les sociétés se déroulent et se succèdent, pareilles les unes aux autres, qu’un fait unique domine toutes les histoires : la protection aux grands, l’écrasement aux petits. Il ne peut arriver à comprendre qu’il n’a qu’une raison d’être historique, c’est de payer pour un tas de choses dont il ne jouira jamais, et de mourir pour des combinaisons politiques qui ne le regardent point.

     Que lui importe que ce soit Pierre ou Jean qui lui demande son argent et qui lui prenne la vie, puisqu’il est obligé de se dépouiller de l’un, et de donner l’autre ? Eh bien ! non. Entre ses voleurs et ses bourreaux, il a des préférences, et il vote pour les plus rapaces et les plus féroces. Il a voté hier, il votera demain, il votera toujours. Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit.  

        Ô bon électeur, inexprimable imbécile, pauvre hère, si, au lieu de te laisser prendre aux rengaines absurdes que te débitent chaque matin, pour un sou, les journaux grands ou petits, bleus ou noirs, blancs ou rouges, et qui sont payés pour avoir ta peau ; si, au lieu de croire aux chimériques flatteries dont on caresse ta vanité, dont on entoure ta lamentable souveraineté en guenilles, si, au lieu de t’arrêter, éternel badaud, devant les lourdes duperies des programmes ; si tu lisais parfois, au coin du feu, Schopenhauer et Max Nordau, deux philosophes qui en savent long sur tes maîtres et sur toi, peut-être apprendrais-tu des choses étonnantes et utiles. Peut-être aussi, après les avoir lus, serais-tu moins empressé à revêtir ton air grave et ta belle redingote, à courir ensuite vers les urnes homicides où, quelque nom que tu mettes, tu mets d’avance le nom de ton plus mortel ennemi. Ils te diraient, en connaisseurs d’humanité, que la politique est un abominable mensonge, que tout y est à l’envers du bon sens, de la justice et du droit, et que tu n’as rien à y voir, toi dont le compte est réglé au grand livre des destinées humaines.

     Rêve après cela, si tu veux, des paradis de lumières et de parfums, des fraternités impossibles, des bonheurs irréels. C’est bon de rêver, et cela calme la souffrance. Mais ne mêle jamais l’homme à ton rêve, car là où est l’homme, là est la douleur, la haine et le meurtre. Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner. L’homme que tu élèves ne représente ni ta misère, ni tes aspirations, ni rien de toi ; il ne représente que ses propres passions et ses propres intérêts, lesquels sont contraires aux tiens. Pour te réconforter et ranimer des espérances qui seraient vite déçues, ne va pas t’imaginer que le spectacle navrant auquel tu assistes aujourd’hui est particulier à une époque ou à un régime, et que cela passera. Toutes les époques se valent, et aussi tous les régimes, c’est-à-dire qu’ils ne valent rien. Donc, rentre chez toi, bonhomme, et fais la grève du suffrage universel. Tu n’as rien à y perdre, je t’en réponds ; et cela pourra t’amuser quelque temps. Sur le seuil de ta porte, fermée aux quémandeurs d’aumônes politiques, tu regarderas défiler la bagarre, en fumant silencieusement ta pipe.

     Et s’il existe, en un endroit ignoré, un honnête homme capable de te gouverner et de t’aimer, ne le regrette pas. Il serait trop jaloux de sa dignité pour se mêler à la lutte fangeuse des partis, trop fier pour tenir de toi un mandat que tu n’accordes jamais qu’à l’audace cynique, à l’insulte et au mensonge.

     Je te l’ai dit, bonhomme, rentre chez toi et fais la grève.

A bon entendeurs, salauds !

un tonton resté peinard hier

Un groupe de policiers républicains déclare… 0ctobre 1961

n’oublions pas

Camp - Volant

affiche du film de Yasmina Adi

© Photo Jean Texier. (L’Humanité/Keystone) et affiche du film de Yasmina Adi – sur cette photo voir cette étude très fouillée dans Genèse, « ici on noie les algériens. » Fabriques documentaires, avatars politiques et mémoires partagées d’une icône militante (1961-2001) : le graffito a été exécuté en 1961, quelques jours après le pogrom du 17, par Jean-Michel Mansion, la photo prise très peu de temps après par Jean Texier. Elle n’a été publiée pour la première fois qu’en octobre 1985 par L’Humanité, avant de connaître une large diffusion.

 

Ce texte a été publié anonymement sur quatre pages. Ses auteurs s’étaient rendus dans la nuit du 17 au 18 octobre au siège de France-Observateur, où ils avaient été reçus par Claude Bourdet et Gilles Martinet, qui publièrent leur récit. (….) L’un de ces policiers s’est fait connaître : il s’agit d’Emile Portzer (..). Policier, ancien résistant et communiste, Portzer n’était plus…

View original post 1 576 mots de plus

La vidéo constitue-t-elle une menace de mort ?

 

Cette image journalistique d'archive faisait partie du montage. Elle montre le directeur départemental de la sécurité publique face à des anarchistes lors de leur procès. - Cette image journalistique d'archive faisait partie du montage. Elle montre le directeur départemental de la sécurité publique face à des anarchistes lors de leur procès.

Cette image journalistique d’archive faisait partie du montage. Elle montre le directeur départemental de la sécurité publique face à des anarchistes lors de leur procès.

Une vidéo mettant en cause nommément le directeur de la Police de Poitiers avait été relayée par un blogueur. Il est poursuivi pour menaces de mort.

Le montage vidéo est une succession de photos (qui débute par celle d’un poulet rôti) retouchées pour certaines et de documents visuels et sonores des événements du 10 octobre 2009 lors du festival des Expressifs (*). Certaines images ont été publiées dans la presse, la voix off est également constituée de répliques de films et de propos journalistiques choisis. Le « clip » s’intitule « Poitiers street duel ». Il est très orienté et vise principalement Jean-François Papineau, directeur départemental de la sécurité publique, à travers des photos et citations de tags menaçants bombés sur les murs de la ville, mettant également en cause sa façon de traiter les anarchistes à Poitiers.

Blogueur mais pas auteur

A la lecture du dossier, Mme la présidente explique que le montage a d’abord été hébergé par Dailymotion, a été partagé sur d’autres réseaux sociaux puis un lien s’est retrouvé – deux ans après les faits entre le 26 février et le 30 novembre 2011, sur le blog « Ni Dieu, ni maître en Poitou » –, administré par Jacques, blogueur poitevin âgé de 30 ans.
Hier, à la barre du tribunal correctionnel de Poitiers, Jacques devait être jugé pour incitation à la haine et menace de mort à l’encontre de Jean-François Papineau. Même si le blogueur n’est pas l’auteur de la vidéo, tout le débat porte sur sa responsabilité en tant qu’animateur.
Ponctuant toute ses fins de phrase d’un Mme le juge discipliné, le jeune syndicaliste et militant qualifié « d’extrême gauche » explique au tribunal sa volonté « de parler de l’actualité militante sur Poitiers et de la répression… sans prendre partie » avant d’ajouter qu’il « ne considérait pas cette vidéo comme un outrage en soi mais comme une œuvre artistique ».
Le conseil de la partie civile insiste sur la fonction de son client qui doit avoir « une attitude d’exemplarité ». Seulement, « du fait de sa mission de service publique, il est aussi une personne exposée, investie et qui n’a pas l’air de plaire à un certain nombre de justiciables… » et d’un homme émotionnellement touché par les propos véhiculés dans la vidéo. Face au prévenu qui n’est pas l’auteur du montage, Me Bethume de Moro pose néanmoins : « Il est le facilitateur, le diffuseur, celui qui concourt à la publicité. »
Le procureur abonde et fait un parallèle avec une affiche que l’on garde sous le coude ou que l’on colle sur un mur, qu’il soit réel ou virtuel, pour en diffuser le message. Selon lui, les propos comme « Papineau, on aura ta peau » lus trois fois par une voix off, le titre du blog qui véhicule la notion de duel donc de mise à mort, la technique qui consiste à trouver une cible à pilonner sont autant de manœuvres provocantes utilisées par les anarchistes et sont « des éléments matériels de menaces de mort caractérisés ». Et requiert « une peine de principe » de 300 euros.

«  Mon client n’est pas anarchiste  »

Me de La Rocca, pour la défense, avertit : « Je ne suis pas l’avocat des anarchistes, tout comme mon client n’est pas anarchiste. » Elle constate que le directeur de la Police a « des difficultés avec l’opposition, la contestation, la libre expression ». Selon l’avocate, « il ne viendrait à l’idée de personne de poursuivre les journaux pour avoir relayé des propos ou tags ». Et estime que son client est a été mis en examen « à cause et en raison de ses idées » puisqu’il n’a jamais apporté aucun commentaire en marge de la vidéo. Le jugement est mis en délibéré au 26 juin.

(*) Ce jour-là une manifestation anti-carcérale avait dégénéré dans les rues de Poitiers. Plus de 200 casseurs avaient brisé des vitrines et s’étaient opposés violemment aux forces de l’ordre.

M-L A dans leur presse, la nouvelle republique