[droit de réponse] Xavier Renou n’en démort pas, il ne voit pas où est le mal du « militantisme professionnel »

Suite à notre article sur l'ancienne version du  blog, l’intéressé à répondu.c'est notre devoir que d'en publier sa réponse.

Mais ne soyons pas dupe, chacun son métier monsieur Renou, nous sommes ouvrier-e-s, cuisinier-e-s, jardinier-e-s, chomeur'heureu-s-es 
nous sommes fier-e-s de mutualiser nos efforts au seins des collectifs
 et syndicats et quand des copains montent des entreprises 
c'est plus souvent des coopératives ou d'autres formes alternatives
 d'emplois plus éthiques que vos prestations de militants professionnels. 

Bah oui xavier, tu veux être agitateur professionnel ?
 bah sans le peu de pognon qu'il nous reste ....

la redac en fin de mois difficile
  • Beau tissu de bétises et d’amalgames malhonnêtes, de citations tronquées, avec une seule source, Indymedia, anonyme et diffamatoire à mon égard… Ah non, pardon, il y a aussi le travail du « chercheur » payé par la gendarmerie, également cité. Excellente source en effet ! J’aimerais bien que vous apportiez la preuve d’une « coordination des actions » avec la police… le rapport du dit chercheur n’en fait d’ailleurs pas mention, je vous signale, il aurait pourtant été bien placé pour le savoir !!! C’est dégueulasse de reprendre une rumeur de ce type, parce que des esprits faibles un jour s’en saisiront pour me faire du mal, simplement parce qu’ils auront lu cette connerie répétée par les mêmes imbéciles sectaires et jaloux… Si je n’étais pas convaincu de la médiocrité de votre texte et des blessures perso qui vous font suer la mauvaise foi et le ressentiment à toutes les lignes, alors qu’on ne se connait même pas et que bien sûr vous n’avez nullement cherché à vérifier auprès de moi quoi que ce soit – pas la peine de critiquer les médias bourgeois, vous faîtes pire !!!- je porterais plainte pour diffamation, c’est vraiment ce que mérite votre article. Mais bon, comme on est quand même du même camp, que vous en soyez conscient ou non, je n’en ferai rien heureusement.

    Votre intolérance confine au sectarisme, et explique très largement, parce qu’elle n’est pas unique, l’échec de ces groupuscules nombreux qui peuplent la planète anarchiste, et que j’ai bien connu dans le temps, comme vous le rappelez. Mon anarchisme à moi est non violent, oui, et ne craint pas de mobiliser au-delà des rangs bien maigres de ma « famille » politique. La révolution, je compte la faire avec eux, le peuple, la gauche de gauche, les habitants des quartiers populaires (comme à Noisy le sec avec Copwatch) et autres, pas avec une poignée de révolutionnaires en chambre qui fantasment une violence imaginaire et voient toujours chez le plus proche le pire ennemi… justement parce qu’il est le plus proche.

    PS Nos stages sont à prix libre depuis le premier et le resteront toujours. Sur plus de 200 stages, il y a eu une dizaine d’exceptions à tout casser, quand ce n’est pas nous qui fixions le prix et qu’il y avait en particulier d’importants frais de location de salle. 50 euros, c’est une indication que nous donnons « à ceux qui estiment que leur revenu est décent ». C’est le principe du prix libre, il faut bien donner une idée du prix d’équilibre : quand des gens payent 50 euros, d’autres moins riches peuvent ne payer que 10 euros et au total, nous ne perdons pas de sous ce qui est l’essentiel. Et la SNCF ne fait pas le prix libre. C’est mal, docteur ?

Publicités

Angoulême : des opposants au gouvernement détruisent l’arbre de la laïcité

Planté en 2009 à l’Houmeau pour symboliser la séparation de l’Église et de l’État, l’arbre de la laïcité a été brisé, ce samedi, vers 15 heures, à Angoulême, en marge de la visite de la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud Belkacem.

Deux pique-niques d’opposants au gouvernement se tenaient, à l’Houmeau, sur les berges de la Charente. D’un côté, les militants du collectif Résistance exprimaient leur opposition à la réforme des retraites. Une centaine de mètres plus loin, La Manif pour tous cassait la croûte après avoir réclamé à la ministre l’abrogation de la loi sur le mariage gay.

Des syndicalistes et des militants d’extrême gauche ont été témoins de la destruction de l’arbre. Ils ont prévenu la police et ont eu le temps de noter le numéro de la plaque minéralogique des pourfendeurs de la laïcité.

lu dans leur presse locale,  la charente libre