[Merci les grévistes de PSA Aulnay] Une « anecdote passée injustement inaperçue » à propos de Mélenchon

Affront de gauche

Pas toujours facile, même pour le Front de gauche, de soutenir les travailleurs en lutte. À preuve cette anecdote en date du 20 mars, passée injustement inaperçue : ce jour-là, Mélenchon va soutenir les grévistes de PSA Aulnay et remettre à leur meneur CGT, Jean-Pierre Mercier, une enveloppe contenant un chèque pour la contribution du Front de gauche à la caisse de grève. Mais, lorsque que Mercier en découvre le montant, c’est la douche froide : 1400 euros de dons. Pas vraiment de quoi améliorer 1’ordinaire de 500 salariés en grève depuis le 16 janvier…

https://i1.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/05/059.jpgLe 9 avril, lors de la manif pour l’emploi et contre l’accord national interprofessionnel (ANI), « Méluche » retrouve les grévistes de PSA. Alors qu’il s’approche d’eux, il croit entendre monter cette clameur : « Le chef, le chef, le chef ! » Ni une ni deux, notre vedette bombe le torse, lève les bras et se précipite pour avoir son bain de foule, en se mettant à vociférer lui aussi : « Le chef, le chef ! » Las, arrivé à proximité du cortège, le pauvre Mélenchon découvre que les PSA, mécontents de sa maigre contribution à leur longue grève, lui crient en réalité : « Le chèque, le chèque, le chèque ! »

La lutte finale, c’est parfois ingrat.

Presse chéquarde (Le Canard enchaîné, 7 mai 2013)

lu sur le juralibertaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s