Monsanto engage l’infâme firme de mercenaire Blackwater pour traquer les militants à travers le monde

Certaines séries télévisés,reprenant des thèmes abordés
 par les écrivains de SF 
nous mettaient en garde 
contre une collusion entre 
de très grosses firmes 
et des boites de sécurité privées. 
Quand ces étranges associations 
qui ne vivent qu'aux crochets 
des états et de leurs guerres
 décideront d'organiser eux même 
la politique de leurs nations
 il sera trop tard!
(jericho)

  D'ailleurs a bien y regarder il eut peut être fallu réagir avant.
le comité de redaction, 
fraction des hippies bouffeurs de graines paranoïaques et sérivores.

Vous rappelez-vous l’armée de mercenaires Blackwater qui avait causé un tel émoi en Irak lors d’une attaque non provoquée en 2007?

Apparemment, Monsanto et la société de sécurité controversée continuent de fricoter, décrit par le blogueur Randy Ananda comme «une entreprise mort-tech épouse une équipe à succès. » À ce stade, vous demandez peut-être pourquoi, dans le monde du géant des semences GM a besoin des services d’une «armée fantôme»? Il semble que la société a jugé nécessaire de passer des contrats avec Blackwater afin de recueillir des renseignements sur les militants anti-Monsanto ainsi infiltrer leurs rangs.

Opposants contre Monsanto, traqués par Blackwater
Célèbre pour le massacre de la place Nisour en irak, Blackwater « a créé un réseau de plus de 30 sociétés fictives ou de filiales pour obtenir des millions de dollars en contrats du gouvernement américain après que la compagnie de sécurité ait subi de vives critiques pour sa conduite imprudente en Irak », rapporte le New York Times. L’une de ces filiales est devenue Intelligence Total, la société contractée par Monsanto entre 2008-2010 pour recueillir des renseignements sur les militants contre les cultures OGM et les autres activités de Monsanto.

Comme le raconte le journaliste Jeremy Scahill State dans  La nation:

«… Entités étroitement liées à la sécurité privée, Blackwater  fourni des services de renseignement, de formation et de sécurité pour les gouvernements américains et étrangers ainsi que plusieurs multinationales, dont Monsanto, Chevron, la Walt Disney Company, Royal Caribbean Cruise Lines et les géants bancaires Deutsche Bank et Barclays, selon des documents obtenus par La Nation, le travail de Blackwater pour les sociétés et les organismes gouvernementaux a été contracté avec deux sociétés détenues par le propriétaire et fondateur de Blackwater, Erik Prince:.. Total Solutions pour le  renseignement et le Centre de recherche sur le terrorisme (TRC) Prince est cotée comme le président de deux sociétés dans des documents internes de l’entreprise, qui montrent comment le web des entreprises fonctionne comme une opération hautement coordonnée.  »

Un porte-parole représentant Monsanto admet que la société a engagé Total Intelligence pour information « … sur les activités de groupes ou d’individus qui pourraient poser un risque pour le personnel de l’entreprise ou des opérations à travers le monde qui ont été développés par des rapports de suivi des médias locaux et d’autres renseignements accessibles au public. Total Intelligence s’interesse aux renseignements concernant les incidents terroristes en Asie ou enlèvements en Amérique centrale à la numérisation du contenu des blogs et sites militants.  »

Cependant, ce dont le porte-parole ne tient pas compte, c’est que selon les documents déposés par Scahill, Monsanto était prêt à payer une somme considérable (jusqu’à 500.000 dollars) pour les agents de Blackwater à infiltrer des organisations anti-Monsanto.

Comme l’intrigue continue à s’épaissir en ce qui concerne la tactique de domination de Monsanto, Ananda note avec justesse:

« … Monsanto, par l’embauche d’une armée de mercenaires et d’anciens agents de la CIA sur le terrain, est très sérieux au sujet de la protection de ses produits mortels. Pourtant, ce contrat discrédite davantage l’entreprise. Le public peut désormais dresser un portrait encore plus sombre de la société quiutilise l’Agent Orange, PCB, STbr, le DDT, l’aspartame et, maintenant, des tueur à gages.  »

mal traduit par nos soins depuis natural news
Les sources de cet article :

http://www.thenation.com

http://digitaljournal.com/article/297701

http://foodfreedom.wordpress.com

http://naturalsociety.com

La première forêt résidentielle du monde pousse à Milan

C’est une première mondiale en matière de reforestation urbaine. Deux tours jumelles végétalisées de 27 étages chacune poussent actuellement à Milan. Ces deux flèches seront entièrement recouvertes d’un tissu végétal fait de 730 arbres et quelque 11.000 plantes. Autonomes énergétiquement, les bâtiments participeront à la réduction de la pollution atmosphérique et acoustique. Ouverture prévue à horizon fin 2013.

Une vitrine écologique unique

5. ROLO DI ALBERO

Nichées dans le quartier d’Isola en plein cœur de Milan, les deux flèches vertes baptisées « Bosco Verticale » (la Forêt Verticale) sont l’œuvre du cabinet d’architecture italien de Stefano Boeri. A projet exceptionnel, moyens exceptionnels. 730 arbres, 5.000 arbustes et pas moins de 11.000 plantes en composeront les murs végétaux. Au total, quelque 10.000 m2 de surface verte tapisseront ce symbole de végétalisation unique au monde.

La construction de ces tours résidentielles de 110 et 76 m de haut est chiffrée à 65 millions d’euros. Le jeu en vaut la chandelle pour ses concepteurs selon lesquels la Forêt Verticale représente une véritable          « vitrine écologique ».

Autonomie énergétique123081726_tree_390498c

A la faveur d’éoliennes et de panneaux solaires installés sur les tours, celles-ci seront entièrement autonomes sur le plan énergétique. Fruit d’une collaboration entre architectes et botanistes, le choix des végétaux a duré deux ans. Un travail méticuleux visant à placer les différentes espèces de plantes aux étages et versants les plus appropriés en fonction de l’exposition au soleil, des saisons, etc.  Côté irrigation, tout est prévu. Les eaux usées des résidents abreuveront, une fois filtrées, l’ensemble de cette colonie végétale.

Réduction de la pollution

Plantés au beau milieu de Milan, l’une des villes les plus polluées d’Europe, ces immenses poumons verts joueront plusieurs fonctions fort appréciables. Réduction de la pollution de l’air d’abord.  En absorbant le CO2 et les poussières fines, la Bosco Verticale filtrera l’air pollué tout en produisant de l’oxygène. Le tapis végétal permettra en outre de limiter la pollution acoustique et de préserver ainsi le confort des habitations.  « La Bosco Verticale est un appareil pour la survie de l’environnement dans des villes européennes contemporaines » conclut Stefano Boeri.

Nicolas Blain sur courant positif

[avant la manif] TOURS (37) : gay pride vs vox pouli et les fafs du printemps francais….

Une revue de presse sur la manif qui a lieu aujourd’hui à tours, la redaction vous promet une autre quand les compte rendus pleuvront. Le comité de rédaction solidaires des copains et copines tourangeaux.

la suite bientot…

 

gay pride tours 2012
Les fachos de vox Poupulli
après avoir tenter d’interdire la gay pride de tours
veulent maintenant s'opposer physiquement
au défilé célébrant la libérté de faire ce que l'on veut de notre cul
de notre corps.
Nos vilains néo rexistes voulant nous imposer leur sombre
nouvel ordre moral se cacheront vers la liberté d'expression 
quand ils organiseront leur propre marche de la fierté.
nous clairement conscient que les forces de l'ordre tourangelles 
sont plus que bienveillante avex vox poulli et intransigeant avec 
le mouvement populaire antifasciste.
Mais nous prometons à vox populi, aux loups turonnes et aux autres
néo nazes se cachant derrière le printemps francais
 que nous bloquerons leur prochain défilé 
tout comme ils bloquent la bonne marche de la gay pride à tours chaque année.

P.B.@ 2B
comamndo Panthère rose

[Antifa] : [Tours] cortège anti-homophobie le 25 mai à la gay pride de Tours

460_0___30_0_0_0_0_0_gay_pride_2013page001

Féministe, antifasciste et anticapitaliste

Depuis le début de l’année la droite et l’extrême droite n’ont cessé de
multiplier les initiatives, les manifestations et les actions contre le
mouvement du mariage pour tous, mais aussi contre le mouvement LGBT et
contre les homosexuels eux mêmes avec une hausse phénoménale des
agressions à caractère homophobes et contre des militants du mouvement
social qui soutiennent cette lutte ou combattent les mouvements d’extrême
droite.

Les agressions ne constituent pas de simples débordements mais indiquent
bien la radicalisation de la droite et de l’extrême droite dans leur
volonté de récupérer la colère populaire face aux mesures d’austérité, de
privatisation de l’ensemble des services publics, de suppression des
garanties sociales collectives etc. Il s’agit d’une contestation pour
imposer un retour à un ordre moral régressif (mai 68 à l’envers) et
répressif (contre toutes les formes de vie hors modèle dominant, en
l’occurrence « hétérosexuel ») que l’on peut résumer par le fameux slogan
pétainiste « travail, famille, patrie » qui se cache derrière celui plus
policé du mouvement homophobe : « on veut du boulot, pas du mariage homo
».

Non content d’avoir produit un climat délétère en favorisant les
agressions contre des personnes qui ne partagent pas la même orientation
sexuelle qu’eux/elles, ces réactionnaires ont permis par leur mobilisation
de masquer d’autres enjeux sociaux, économiques et écologiques comme ceux
de l’accord sur le travail ANI qui inscrit notamment dans la loi la
flexibilité du travail sinon des travailleurs, c’est à dire le chantage à
l’emploi et au salaire en cas de difficultés au sein de l’entreprise, mais
aussi la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ou encore celles
contre les expulsions de migrants, le droit au logement etc.

Les priorités de la droite et de l’extrême droite sont toujours les mêmes
: lutter contre l’égalité sociale, politique et économique au nom d’un
soi-disant « ordre naturel », c’est à dire : lutter contre l’égalité des
droits hommes/femmes et ce quelque soit leur orientation sexuelle, mais
aussi contre les droits des travailleurs/euses, contre les garanties
sociales collectives, et évidemment produire de l’injustice sociale, de la
peur et ce fameux sentiment d’insécurité pour ensuite faire leur fond de
commerce sur les « problèmes d’immigration » et « d’incivilités ».

A Tours, dans la continuité des manifestations contre « le mariage pour
tous », le « printemps français » (masculiniste, homophobe, nationaliste),
certainement à l’initiative de militant-es de l’organisation néo-fasciste
Vox populi, appelle à manifester contre la Gay Pride comme cela se produit
depuis maintenant 3 ans. Nous ne pouvons plus rester face à de telles
provocations sans riposter, d’autant plus que les agressions et
intimidations par des sympathisant-es ou militant-es de Vox populi à
l’encontre de militant-es du mouvement social se sont récemment
multipliées (la liste est longue mais il y a au moins 5 dépôts de
plaintes, plusieurs ITT, plusieurs demandes de dissolution du groupe
etc.).

Racisme, sexisme, nationalisme, xénophobie, élitisme, défense de la
propriété privée sont leurs mots d’ordre.

Nous sommes pour la démocratie directe, la solidarité internationale des
peuples, avec des droits égaux pour toutes et tous, basée sur le partage
du travail et des richesses produites qui garantisse à tout le monde une
existence décente.

Non au sexisme, au racisme, au patriarcat et au capitalisme.

Premiers signataires : Alternative Libertaire, CLAT, NPA, JC

http://nantes.indymedia.org/article/27660

lu sur Médiatours

Jésus et

sa famille…

un tag qui fait parler

  Les lettres, trop hautes, sont hors d’atteinte de la « brigade » anti-graffiti de la Ville de Tours. – (Photo NR, Patrice Deschamps)

“ Jésus avait deux pères e Les lettres, trop hautes, sont hors d'atteinte de la « brigade » anti-graffiti de la Ville de Tours. t Marie était mère porteuse ”. Ce slogan a été écrit nuitamment sur la bâche couvrant la tour de l’église Saint-Julien.

Jésus avait deux pères, et Marie était mère porteuse. Ce slogan a été tagué en lettres noires, énormes, au cours de la nuit de mercredi à jeudi, sur la bâche recouvrant la tour de l’église Saint-Julien, à Tours. Un édifice qui subit, depuis mars, d’importants travaux de restauration.

Ce message dessiné à la bombe noire est tout à fait visible depuis la rue Nationale, où passants et commerçants l’ont découvert, hier, fendant l’air frisquet du petit matin. « Nous avons fermé mercredi soir à 19 h, le graffiti n’y était pas, c’est sûr », commente un salarié de la boutique Edgar Opticiens, située face à la tour, sur le trottoir opposé.

On a vu maintes fois ce slogan au cours de reportages sur les manifestations pro mariage gay, depuis le début de l’année, sur les pancartes et les T-shirts. Le journal Huffington Post le classait même parmi « les meilleurs slogans » pro-mariage pour tous, dans son édition web du 27 janvier. « Nous condamnons toute dégradation de lieux institutionnels ou de culte, nous ne sommes pas responsables, ni liés à cela », commente Stéphanie Druon, présidente de la Lesbian and Gay Pride de Touraine, qui organise, ce samedi dans le centre-ville de Tours, la 8e Gay pride, ou marche des fiertés.

« Ce genre de provocation nous dessert, poursuit la jeune femme. La loi est promulguée, il faut la respecter, et cela ne sert absolument à rien de provoquer, ainsi, ceux qui sont contre. » Sur le fond, encore, l’institution catholique est directement visée. « Ce n’est pas la première fois, et ce ne sera sûrement pas la dernière, malheureusement », déclarait, en début d’après-midi, le responsable de la communication de l’archevêché, qui n’a pas souhaité commenter cet incident plus avant.
Sur la forme, à présent : le ou les auteurs de ces tags sont des acrobates. Comment s’y sont-ils pris, nuitamment, pour grimper si haut ? Il semblerait qu’ils aient laissé une signature : un A encerclé, symbole des mouvements anarchistes. Mais faut-il prendre cette signature au pied de la lettre, ou est-elle détournée ?

«  Cela ne sert à rien de provoquer ceux qui sont contre  »

En attendant, ces lettres sont trop hautes pour être atteintes par la « brigade » anti-graffiti de la municipalité. « Nous allons par conséquent demander à l’entreprise chargée des travaux d’enlever la bâche pour la remplacer par une autre, et dans la mesure du possible avant la gay pride de samedi », a indiqué Patrick Desard, directeur du service municipal de la prévention et de la gestion des risques.

lu dans leur presse locale, la nouvelle raie publique Indre et loire

Mariage gay :

qui se cache derrière le Printemps français ?

Capture d'écran du site internet du Printemps français.

Coutumier des actions coups de poing, le Printemps français est sous le feu des projecteurs alors que doit se tenir dimanche une nouvelle  manifestation anti-mariage gay . Son message se radicalise, et le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a fait savoir ce vendredi qu’il étudiait la possibilité d’interdire le mouvement.

Difficile pourtant de définir les contours du Printemps français. Un flou revendiqué. Celle qui se présente comme sa porte-parole, Béatrice Bourges, a souligné ce vendredi qu’il ne pouvait être interdit puisqu’il n’avait «même pas de statut». «Un peu comme s’il voulait interdire le vent !» lance-t-elle. Décryptage.

Qui compose le mouvement? L’une des franges les plus radicales des opposants au mariage homosexuel. Il reste difficile d’établir avec précision qui en sont les membres, et qui le dirige. «Le Printemps Français est ce mouvement insaisissable, cette force irrésistible», indique d’emblée le manifeste du mouvement.

Un visage l’incarne néanmoins, celui de Béatrice Bourges, l’une des égéries des anti-mariage gay. La porte-parole du Collectif pour l’enfant a quitté la Manif pour tous de Frigide Barjot, trop «bisounours» à son goût, pour rejoindre ce mouvement dont elle se revendique aujourd’hui porte-parole. Le nom de domaine du site internet est déposé à son nom. Selon Mediapart, Philippe Darantière, ex-officier parachutiste proche des catholiques d’extrême-droite, en est également un membre éminent. L’écrivain d’extrême-droite Dominique Venner qui s’est suicidé en début de semaine à Notre-Dame a été présenté par Frigide Barjot comme appartenant au mouvement. Plusieurs enquête de presse rapportent qu’il agrège de multiples groupes radicaux. Le Printemps français renvoie par ailleurs sur son site vers celui des activistes Hommen, vers des sites catholiques traditionalistes ou nationalistes, comme lerougeetlenoir.org ou nouvelarbitre.com.

Dans une enquête de «Libération», Béatrice Bourges précise que «seules les actions mise en avant sur le site Internet» peuvent se prévaloir du Printemps français. Mais à lire la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) Christine Boutin, le mouvement est plus large. «Tous ceux qui manifestent, qui participe à la Manif pour tous, sont Printemps français : le mouvement des Veilleurs, les Mères veilleuses, etc. » assure-t-elle, ce vendredi sur Newsring et Twitter.


Quand est-il né?
«Le Printemps français est né sur les Champs-Élysées le 24 mars au milieu des gaz lacrymogènes», à entendre Béatrice Bourges. Le nom de domaine du site a pourtant été déposé le 25 février et le premier post de la page Facebook date du 15 mars dernier. L’expression avait un peu plus tôt commencé à circuler sur le web.

Que prône-t-il? Le Printemps français se veut un mouvement «à la détermination renforcée», «moins Bisounours» que la Manif pour tous et plus à droite. Dans un communiqué publié le 21 mai, il appelle à «une nouvelle résistance» face à une loi qui irait «contre les lois de la biologie et contre tout sens commun». «La France est actuellement soumise à des forces qui veulent l’asservir entièrement. La bataille ne fait que commencer. Elle se prolongera jusqu’à la victoire», peut-on encore lire. «Le Printemps Français énonce donc que seront tenus pour cibles : le gouvernement actuel et tous ses appendices ; les partis politiques de la collaboration ; les lobbies où s’élaborent les programmes de l’idéologie et les organes qui la diffusent» annonce encore le communiqué. Autant de propos «inacceptables», selon Manuel Valls.

Sur la page Facebook du Printemps français, les commentaires se font virulents – «dictature gauchiste», «gouvernants scélérats»… – l’opposition à la franc-maçonnerie ou à la gauche marquée et les attaques nominatives.

Quel est son mode d’action? Dans ses «principes» définis sur son site internet, le mouvement défend à la fois «la transgression des règles» comme «mode d’action légitime» – «nous ne sommes pas de ceux qui confondent la légitimité et la légalité», peut-on lire – mais dans le même temps «l’action non-violente» ou encore «la création d’événements» comme autres «modes d’action».

Reste que le Printemps français s’est fait remarquer par ses opérations coups de poing, de la tentative de marche sur l’Elysée qui a dégénéré en affrontement avec les CRS le 24 mars, au réveil matinal au domicile de la sénatrice Chantal Jouanno en passant par des actes de vandalisme contre un local du Marais, à Paris, qui accueillait un événement de l’Inter- LGBT. Ce vendredi soir, le mouvement a prévu une nouvelle manifestation devant le Grand Orient à Paris contre «?ces forces qui veulent asservir entièrement la France?».

lu dans leur presse locale, le pharisien

Gay pride samedi à Tours,

contre-manifestation du groupuscule d’extrême-droite Vox Populi

Gay Pride Tours

MARIAGE GAY – Avant la grande manifestation des opposants au mariage pour tous dimanche à Paris, plusieurs centaines de personnes doivent se réunir samedi à Tours (Indre-et-Loire) pour une marche des « Fiertés lesbiennes, gay, bi et trans » organisée par la LGBT-Centre. Une gay pride qui devrait rassembler 2000 à 2500 personnes tandis que le groupuscule d’extrême-droite Vox Populi a annoncé une contre-manifestation.

« Le mariage n’est qu’un début ! ». C’est le mot d’ordre de cette marche qui débutera depuis le château situé sur les bords de la Loire et passera par le centre-ville de Tours. Il s’agit, écrit le collectif sur son site internet de « ramener l’attention sur toutes les autres revendications que nous portons et que le mariage pour tous n’enlève pas », parmi lesquels la lutte contre les LGBTphobies, la reconnaissance et droits des personnes trans, l’accès à la Procréation Médicalement Assistée pour les couples de femmes, la levée de l’interdiction du don de sang pour les gays…

Sur son site, Vox Populi prévient : « Depuis des mois, les initiatives populaires de sensibilisation concernant les dangers qu’engendrent le mariage et l’adoption d’enfants par les ‘couples’ de même sexe et leurs débouchés (GPA-PMA…), se multiplient. (…) Nous avons choisi notre côté de la barricade et préférons la lutte à la lâcheté, l’honnêteté au mensonge et, pour ces raisons, nous ne lâcherons rien ! ».

Une centaine de militants de l’association locale d’extrême droite sont attendues, estime La Nouvelle République. Ils ont choisi de se rassembler à une encablure du trajet de la Gay Pride et devraient être rejoints par les sympathisants du Printemps français, une nébuleuse des opposants les plus radicaux au mariage homosexuel, dont le logo apparaît sur l’affiche de Vox Populi.

La LGBT-Centre, indique La Nouvelle République, dispose de son propre service d’ordre d’une cinquantaine de personnes. La police municipale assurera la sécurité du défilé et la police nationale le maintien de l’ordre public, indique le journal.

Cela fait déjà plusieurs années que les participants à la gay pride voient leur défilé perturbé par les militants d’extrême-droite.

Regardez ce reportage de France 3 Centre sur Vox Populi :

Sur Twitter, le Président de Vox Populi harangue ses troupes :

lu sur twitter :
 P.L. Mériguet @PL_Meriguet 
"Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant." Samedi, tous à  et dimanche, tous à Paris !
  http://www.printempsfrancais.fr/event/rendez-vous-le-samedi-25-mai-a-tours/ … 9:27 AM - 21 Mai 2013

La tension monte à la veille de la manifestation contre le mariage homosexuel: Manuel Valls a mis en garde l’extrême-droite, le PS a jugé que l’UMP prenait « une grave responsabilité » en soutenant le défilé, et Frigide Barjot hésite à y prendre part.

lu dans leur presse, in le timbre-poste

Tours : l’extrême droite veut perturber la Gay pride

Le défilé de la Gay pride n’est pas du goût de Vox Populi et du Printemps français. Les forces de l’ordre craignent des débordements.

Des gendarmes face aux manifestants de "la Manif pour tous", sur l'esplanade des Invalides à Paris, le 21 avril (WARTNER/20 MINUTES/SIPA)

Des gendarmes face aux manifestants de « la Manif pour tous », sur l’esplanade des Invalides à Paris, le 21 avril

Alors qu’une nouvelle « manif pour tous » des opposants au mariage homosexuel est prévue dimanche à Paris, les forces de l’ordre craignent des affrontements ce samedi 25 mai à Tours (Indre-et-Loire) alors que des militants d’extrême droite défileront derrière la Gay pride.

La marche de la Gay pride, organisée par la LGBT-Centre (lesbiennes, gay, bi et trans), doit défiler à partir de 15h sur les bords de la Loire jusqu’à la gare en passant par le centre-ville. Le rendez-vous est donné à 12h au Château de Tours.

Alors que la loi sur le mariage homosexuel vient d’être adopté, ce défilé n’est pas du goût de l’association d’extrême droite Vox Populi et des militants du Printemps français. Ceux-ci ont demandé en vain à la préfecture d’interdire la manifestation. Une centaine de militants auraient également prévu un contre-défilé proche de la Gay pride.

Les deux groupes seront séparés par un fort cordon sanitaire policier, selon « la Nouvelle République« . Les forces de l’ordre craignent des affrontements.

« L’envie d’en découdre »

Cette crainte de débordements est également très présente à l’approche de la manifestation parisienne contre le mariage homosexuel. 4.500 policiers et gendarmes seront déployés dimanche pour encadrer le défilé, soit plus que le double de l’effectif mobilisé pour la manifestation du 24 mars, où les manifestants étaient 300.000 selon la police, 1,4 million selon les organisateurs.

Vendredi, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls avait dit son « inquiétude » à l’égard de « groupes radicaux d’extrême droite [qui] veulent venir en nombre, non pour manifester mais pour créer l’affrontement et le désordre et pour s’en prendre aux symboles de la République » que ces groupes « haïssent ».

« Sur les 37 dernières manifestations représentatives, 28 ont été infiltrées par l’extrême droite », affirme une source proche du dossier qui cite l’Action française, les Jeunesses identitaires, le Gud, Troisième Voie, Terre et Peuple ou encore les Jeunesses nationalistes. Ces ultras, qui pourraient être quelques centaines, auront « envie d’en découdre » pour ce « baroud d’honneur », selon une source policière.

lu dans leur presse, le nouvel os

[breves de la guerre sociale en cours] Un SDF condamné pour le vol de…19 tomates!

Un SDF condamné. Y., 30 ans, a comparu hier devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir volé, dans la soirée de mardi, des denrées alimentaires dans un établissement scolaire de Toulouse : 19 tomates, deux conserves, un litre d’huile et quelques biscottes. En récidive, il a été condamné à 4 mois de prison ferme.

lu dans leur presse locale, la grosse pêche

[racisme ordinaire en pictavie ] “Faut arrêter d’ouvrir des comptes aux Blacks à Poitiers”

LCL reconnait le "propos maladroit" du directeur régional du Crédit Lyonnais en Poitou-Charentes, qui a déclaré qu'il "faut arrêter d’ouvrir des comptes aux Blacks à Poitiers", mais assure qu'aucune consigne discriminatoire n'a été donnée. LCL reconnait le « propos maladroit » du directeur régional du Crédit Lyonnais en Poitou-Charentes, qui a déclaré qu’il « faut arrêter d’ouvrir des comptes aux Blacks à Poitiers », mais assure qu’aucune consigne discriminatoire n’a été donnée. –

C’est ce qu’a reconnu avoir déclaré le directeur régional du Crédit Lyonnais en Poitou-Charentes en septembre 2012. Il admet une maladresse, mais nie toute discrimination. La CGT compte saisir le procureur de la République pour « des propos discriminatoires ».

« Il faut arrêter d’ouvrir des comptes aux Blacks à Poitiers. » Tels sont les propos « maladroits » qui ont été tenus par Olivier Chasseriaud, le directeur régional du Crédit Lyonnais en Poitou-Charentes, en marge du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), et qui ont ému la représentante de la CGT. Elle a donc alerté ses cadres. Cela remonte au mois de septembre 2012.

Trois mois plus tard, en décembre, le délégué syndical national CGT, a adressé un courrier au banquier poitevin pour lui demander des explications. La réponse est arrivée le 14 janvier. En préambule, Olivier Chasseriaud s’y dit personnellement étranger à toute forme de racisme et d’intolérance, mais confirme qu’il a employé « avec une totale maladresse, une expression tout à fait inappropriée ».

La CGT compte saisir le procureur

Il explique que la discussion portait sur l’ouverture de comptes bancaires aux étudiants étrangers qui ne restent que quelques mois sur le territoire français, ce qui représente « la majorité des ouvertures de comptes sur Poitiers ». Il assure également « qu’elle ne recouvre aucune démarche discriminatoire de ma part ».

Joint au téléphone, Olivier Chasseriaud n’a pas souhaité en dire plus : « On s’est expliqué, ça s’est solutionné. » La CGT a néanmoins diffusé un tract auprès des salariés de LCL pour le Sud-Ouest. Et à Poitiers, le secrétaire de la CGT du Crédit Lyonnais, Alain Bozier, compte saisir le procureur de la République pour dénoncer « des propos discriminatoires ».

Du côté de la direction parisienne, on reconnaît « le propos maladroit«  de son directeur régional.Elle évoque le contexte : « Une agence de la ville a été victime de plusieurs découverts qui n’ont pas été régularisés, sur des comptes d’étudiants étrangers qui avaient quitté la France. Aucune consigne discriminatoire n’a été donnée, mais nous avons décidé d’être plus attentifs aux ouvertures des comptes« .

Philippe Bonnet dans leur presse locale, la nouvelle raie publique

[Merci les grévistes de PSA Aulnay] Une « anecdote passée injustement inaperçue » à propos de Mélenchon

Affront de gauche

Pas toujours facile, même pour le Front de gauche, de soutenir les travailleurs en lutte. À preuve cette anecdote en date du 20 mars, passée injustement inaperçue : ce jour-là, Mélenchon va soutenir les grévistes de PSA Aulnay et remettre à leur meneur CGT, Jean-Pierre Mercier, une enveloppe contenant un chèque pour la contribution du Front de gauche à la caisse de grève. Mais, lorsque que Mercier en découvre le montant, c’est la douche froide : 1400 euros de dons. Pas vraiment de quoi améliorer 1’ordinaire de 500 salariés en grève depuis le 16 janvier…

https://i0.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/05/059.jpgLe 9 avril, lors de la manif pour l’emploi et contre l’accord national interprofessionnel (ANI), « Méluche » retrouve les grévistes de PSA. Alors qu’il s’approche d’eux, il croit entendre monter cette clameur : « Le chef, le chef, le chef ! » Ni une ni deux, notre vedette bombe le torse, lève les bras et se précipite pour avoir son bain de foule, en se mettant à vociférer lui aussi : « Le chef, le chef ! » Las, arrivé à proximité du cortège, le pauvre Mélenchon découvre que les PSA, mécontents de sa maigre contribution à leur longue grève, lui crient en réalité : « Le chèque, le chèque, le chèque ! »

La lutte finale, c’est parfois ingrat.

Presse chéquarde (Le Canard enchaîné, 7 mai 2013)

lu sur le juralibertaire

Fouilles à corps systématiques au retour du parloir

“Un abus majeur”, selon l’Observatoire des prisons.

Comment s’évader de prisons de plus en plus sécurisées ? En prenant un gardien en otage !? Depuis 2011, c’est devenu une vilaine mode parmi les détenus décidés à prendre la poudre d’escampette. Comment enrayer le phénomène ? Il y a un mois, le gouvernement Di Rupo déposait un projet de loi visant à donner “un signal clair” aux candidats à ce genre d’évasion particulièrement traumatisant pour le personnel pénitentiaire. L’examen de ce texte devrait être achevé ce mardi en commission de la fouilleprisonJustice de la Chambre.

En modifiant un certain nombre de dispositions de la loi du 12 janvier 2005 relative à l’administration pénitentiaire et au statut juridique interne des détenus (la loi Dupont), le gouvernement veut permettre aux directeurs de prison de sanctionner plus lourdement ce type de faits. Pour ce faire, le texte touche à plusieurs points du régime disciplinaire des détenus en vigueur depuis le 1er septembre 2011. Après un peu plus d’un an de fonctionnement, le gouvernement juge déjà que quelques “améliorations seraient souhaitables” .

Notamment en ce qui concerne les fouilles à corps. Concrètement, le détenu doit se mettre à nu devant deux gardiens et leur présenter tous ses orifices corporels. Le texte prévoit que le directeur pourra désormais faire procéder systématiquement à ce type de fouilles dans trois situations : quand le détenu revient de l’extérieur; lors d’une mise au cachot; lors d’un retour du parloir où le détenu a pu avoir un contact physique avec son visiteur.

“Humiliation”

Une disposition qui constitue “un abus majeur” , dénonce l’Observatoire international des prisons (OIP). “Cette mesure, par nature attentatoire à la dignité, doit demeurer exceptionnelle et ne peut devenir systématique, au risque de constituer une méthode de contrôle par l’humiliation.”

Les détenus qui entrent pour la première fois en prison sont fragilisés; une fouille à corps non justifiée devient un acte dégradant, considère l’Observatoire international des prisons. Par ailleurs, les détenus qui sortent régulièrement en congé ont acquis la confiance de l’administration pénitentiaire et du tribunal de l’application des peines : “Il est donc inutile de les stigmatiser en leur imposant une telle mesure” , juge encore l’OIP.

Enfin, s’agissant des fouilles à corps imposées à ceux qui reviennent de visite, “un moment de chaleur humaine qui aide à garder le lien avec le monde extérieur” , cela revient à “abaisser l’homme qui vient justement de vivre un moment d’échange” .

Ce choc psychologique est un traitement dégradant, comme vient de le déclarer récemment un tribunal français, rappelle l’Observatoire international des prisons. Dans son ordonnance du 4 mai 2013, le juge des référés du tribunal administratif de Melun a, en effet, suspendu la décision du directeur du centre pénitentiaire de Fresnes de maintenir l’application de fouilles corporelles intégrales systématiques à l’encontre de tous les détenus sortant des parloirs de l’établissement, estimant que ce régime de fouille expose les personnes détenues à des traitements dégradants contraires à l’Article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme.

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/815459/fouilles-a-corps-systematiques-au-retour-du-parloir.html

lu sur contrelenfermement

DE CLERMONT-FERRAND A BARCELONE : ANARCHOSYNDICALISME !

Du 1e au 4 mai, la CNT-AIT 63 a tenté d’apporter sa pierre à l’édifice de la résistance populaire et autonome. Au programme : manifestation du 1e mai, présentation de la lutte contre Nataïs à Cornella en Catalogne le 3, et manifestation contre la torture en prison et les violences policières le 4 à Barcelone.

1e mai : riposte anarchosyndicaliste !

Après les succès des deux années précédentes, nous avions longuement discuté sur ce 1e mai. Nous avons finalement décidé de faire un cortège autonome. En tout honnêteté, il nous sera difficile de faire aussi réussi que l’an dernier. Pour autant, nous sommes satisfait-es. L‘année dernière, nous avions rappelé aux syndicats l’histoire du 1er mai et, cette année, nous avons essayé leur rappeler leur rôle de pompiers du capital. A l’appel de la CNT-AIT 63, une 30aine de personnes nous ont rejointes. C’est pour nous très positif. Rendez-vous donc au local à 09h30, local trop petit pour accueillir tout ce monde !

Image

Puis nous sommes joyeusement et spontanément parti-es en déambulation sur la ligne de tram, chantant quelques slogans, donnant des tracts aux rares passant, chambrant deux socialistes de passage. Un joyeux bordel. Un compagnon a parfaitement commenté : « Les Pieds Nickelés essayant de faire du syndicalisme ».

Après un début un peu n’importe comment, nous arrivions pas loin du rassemblement syndical (CGT, FSU, Solidaires, UNEF rejoints par FO). Moins de 200 personnes sur la Place de la Liberté… Et de nul part, déboulent une 30aine de personnes, drapeaux rouges et noirs au vent. « Les syndicats sont nos amis, jamais ils ne nous ont trahis », « Ni Dieu, Ni Maître, Ni Social-Traître », « Résistance Populaire et Autonome » chantions-nous en plein milieu des discours syndicaux, pendant que des compagnes-ons diffusaient le tract. Plusieurs personnes sont venu-es demander un tract, un journal, discuter. Les syndicalistes (permanent-es pour la plupart) nous regardaient de travers. Vient le discours FO. Et là, à plein poumons « FO a signé à Renault ». Le chef local finit son discours par « Le slogan international du prolétariat le 1e mai, Ni Dieu, Ni Maître ! ». En ces temps de crise, la récupération est sans limites. Les esprits se sont alors échauffés avec des permanent-es de FO. On continue « Vive la lutte des travailleurs, sans permanents et sans subventions ». Ils se calment. On finit de differ les tracts. Les journalistes viennent alors nous voir, mais nous n’avions pas prévu de réponse collective. Ils ne parleront pas de nous, sauf 1 ligne dans La Montagne…

Image

Puis nous sommes parti-es finir ce 1e mai devant McDonald, « McDo exploite et licencie, Solidarité avec les exploités », en diffusant nos derniers tracts. Nous avons alors vu entrer au McDo… des militant-es Lutte Ouvrière. Un compagnon n’a pas hésité à leur faire remarquer…Un bon 1e mai, mais un début !

Image

CéNéTé-AIT 63 en exil

En « exil », un groupe d’anarchosyndicalistes de notre UL est parti ensuite, juste après la manifestation à la rencontre de compagnons du SIA 32 (syndicat du Gers de la CNT-AIT) à Auch (voir les articles sur la lutte à Nataïs, ou le dossier sur les sites des syndicats de Toulouse ou du SIA 32) pour se rendre ensuite à proximité de Barcelone pour la manifestation anarchiste anti-carcérale contre les tortures notamment de matons syndiqués de l’UGT (=CFDT), CCOO (=CGT) de nos compagnons embastillés.

Nous avons été accueilli-es par les compagnons de Cornella (banlieue de Barcelone). Les copains du SIA32 ont présenté leur lutte contre NATAÏS au local de nos compagnons de la CéNéTé AIT de Cornella. D’ailleurs nous en profitons pour vous annoncer que fin juin, nous organisons une soirée-débat sur Clermont sur cette lutte en cours. Tout d’abord cette rencontre avec nos compagnons espagnols a été riche en discussion, fraternité et émotion. Plus d’une 30aine de compagnes-ons du syndicat CNT-AIT de Cornella sont venu-es écouter le récit, accompagné de diapos : « Nataïs : une lutte anarchosyndicaliste dans le Gers ». Discussion passionnante, avec questions de compañer@s pour alimenter le tout. Nous sentions toute l’importance que ces compagnons, pourtant étrangers à cette lutte, accordaient néanmoins à leurs sœurs et frères de la région France, leur voix trahissant l’émotion de la lutte apatride qu’est la notre. Nous ne pouvions que faire piètre figure, tant nos gesticulations en France semblaient celles d’enfants pour qui découvre la puissance historique et actuelle de l’anarchisme espagnol. Néanmoins nous ne sentions que mieux l’importance de notre combat, et la nécessité de l’organiser de la meilleur façon qui soit. Ainsi cette leçon d’humilité ne restera pas lettre morte pour qui nous connaît.

Image

Image

La discussion fut suivie d’un repas préparé par les compañer@s, et d’un concert organisé pour l’occasion, avec Fractal, un groupe venu de Barcelone, qui nous a même fait l’honneur de parler en français pour expliquer les morceaux !

Cela et a été l’occasion pour nous de voir l’ampleur du mouvement anarchiste ibérique. En effet par exemple le local de la CNT-AIT de Cornella en 2 parties fait près de 500m² et dispose d’une superbe bibliothèque sociale, d’une salle polyvalente (sport, cantine, débat…) populaire. Notre cœur a été réchauffé par l’accueil et la force de nos compagnons qui luttent notamment contre la précarité rampante en Espagne et aident des collectivos (réappropriation d’appartements…). Nous ressortions de là les yeux perdus au loin, dans les étoiles, et des idées débordantes d’espoir dans nos esprits. De ce que nous faisions ressortaient mieux les défauts, mais aussi les points forts. Allons de l’avant, construisons l’anarchisme ! Pour Clermont-Ferrand, c’est un matériel neuf que nous sommes allés chercher.

Le samedi 4 nous somme allés à la manifestation (interdite) contre les tortures de nos compagnons. En 2004, des prisonniers anarchistes ont été torturé-es à la prison Quatro Caminos en Catalogne, par des matons de l’UGT (=CFDT), des CCOO (=CGT) et d’un syndicat corpo (CATAC).

Image
La prison torture et assassine. CCOO, UGT et CATAC défendent les tortures

Image
Solidarité avec les prisonniers en lutte

Pour la 1e fois depuis la chute de Franco, la question de la torture est posée publiquement. Plus de 1 000 anarchistes, majoritairement jeunes, ont défilé pendant près de 3h depuis le local de l’UGT jusqu’à la prison de Barcelone en scandant des slogans tels que « Policia tortura y assassina » (la police torture et assassine), « Abajo los muros de los prisones » (A bas les murs des prisons). De nombreuses banderoles, tags ont auréolé la manifestation. Des arrêts réguliers pour diffuser les tracts prendre la parole. Notons la prise de parole poignante d’un compagnon torturé par les matons : « Je tiens à remercier toutes les personnes venues, d’un peu partout d’Espagne, ainsi que les anarchistes internationalistes français. J’ai été torturé par les syndicats de gauche. (Silence). Les syndicats de gauche sont le bras armé de l’Etat. » On en frissonnait.

Image

Un dispositif policier (environ 3 000) avait été mise en place pour faire taire la contestation. Des frissons de fraternité nous ont emparé pendant cette manifestation. L’ambiance est devenue plus électrique en fin de parcours avec des forces de l’ordre passablement excitées ! Le rassemblement s’est en effet terminé devant la prison de Barcelone, où ont été incarcéré-es, torturé-es… des centaines de compañer@s de la CNT-AIT ou autre, et ce sous Franco comme en « démocratie ». Ce fut une manifestation où l’émotion était palpable, chaque instant pouvant basculer dans l’affrontement avec les forces d’État. Il y avait quelque chose de vibrant dans les airs, non seulement dans les cris des compagnes et compagnons, mais davantage encore dans les silences qui cachaient une haine pour les peines que les plaisirs de quelques uns faisaient quotidiennement endurer à la majorité des autres. Car du travail aliéné tel que nous le subissons chaque jour aux coups reçus par nos frères incarcérés il n’y a qu’un pas, celui de la révolte. Et non seulement celui de la révolte en tant qu’expression d’une haine indéfectible pour l’oppression, mais aussi comme projet d’une société émancipée que les coups de nos bourreaux ne peuvent effacer de nos consciences et de nos cœurs. A noter que nos compagnons du Gers sont restés pour l’audience du procès des 9 matons le lundi 6.

Image
La prison c’est la torture. La démocratie torture et assassine ! Matons assassins.

Que l’on soit à Francfort où se tient un procès irrationnel de militants révolutionnaires sur des faits datant de près de 40ans, à Barcelone avec nos compagnons anarchistes où qu’elle que soit l’endroit, l’Etat et le capitalisme répriment, torturent… Et pendant ce temps-là, une nouvelle prison se construit à Riom…

Pierre par pierre, mur par mur, nous détruirons toutes les prisons.

La solidarité est une arme !

Solidarité Internationale !

Pour l’anarchosyndicalisme !

Lapoudre, Pitufo et le Pré-fAIT,

Union Locale CNT-AIT 63