Hypocrisie : au fbi et vatican aussi on telecharge nottement du porn !

Films porno: les téléchargements pas très catholiques du Vatican

Spring 2012 Student Hackathon Coding  par hackNY via Flickr, License CC

Torrentfreak a décidé de jeter un oeil aux habitudes de téléchargement des habitants de la ville-Etat la plus religieuse du monde, le Vatican. Vu la taille du territoire, il y a très peu de téléchargements. Mais on notera tout de même un intérêt pour plusieurs séries américaines, dont The Americans. Seuls trois films ont été téléchargé –dont Love Actually, et quelques albums musicaux.

Bref, rien de très passionnant, sauf que Torrentfreak est alors tombé sur des téléchargements plus intéressants: plusieurs films porno, avec une tendance pour le BDSM.

On ne sait pas si les pirates fans de SM sont des hommes de foi, mais ça ne serait pas la première fois qu’on verrait des téléchargements dans des endroits incongrus: le FBI a par exemple ses pirates, et les téléchargements illégaux peuvent venir des studios qui produisent les films et séries. Sony avait ainsi téléchargé le film Conan et ce qui semble être un épisode de Beavis & Butthead, à NBC, on avait trouvé la trace du téléchargement de la première saison de Game of Thrones, d’un épisode de 2 broke girls et d’un autre de How to make it in America, et chez Fox de Super 8, une production d’un de ses concurrents, la Paramount.

On s’étonnera peut-être moins de savoir que le Vatican et les hackers ont plus de points en commun qu’on ne le croit, comme on le rapportait en avril 2011. Le père jésuite Antonio Spadaro estimait entre autres que la philosophie du hacking est «taquine mais engagée, encourage la créativité et le partage et s’oppose aux modèles de contrôle, de concurrence et de propriété privée».
lu sur slate

Au FBI aussi, on télécharge illégalement des séries

Dans leur grande chasse mondiale —et souvent vaine— aux pirates et autres téléchargeurs, les ayant-droits ont réussi à embarquer avec eux la plupart des gouvernements de la planète. Disons au moins la France, qui est à la recherche depuis maintenant une décennie d’un plan pour sauvergarder les industriels de la culture (dont le dernier en date, l’Hadopi, n’a pas fait preuve de son efficacité). Disons aussi les Etats-Unis, qui préfèrent la riposte musclée à la riposte graduée: on a vu leur méthode à l’œuvre l’an dernier quand le FBI a fait fermer manu militari Megaupload. Avec le succès que l’on sait aussi.

Car pour le FBI, le téléchargement est un crime, une menace grandissante qu’il convient d’éradiquer. Sauf que… selon TorrentFreak, l’ennemi vient aussi de l’intérieur. TorrentFreak et une entreprise qui scrute ce qui circule sur BitTorrent se sont en effet aperçus que certains pirates étaient liés à des adresses IP enregistrés auprès d’une division du FBI…

Comme on peut le voir sur la capture d’écran, ces policiers pirates ont, comme la plupart des internautes qui s’adonnent à la pratique du téléchargement illégal, un goût prononcé pour les films et les séries télés. Et ils sont très boulot-boulot. Parmi les séries téléchargés, ont peut voir que Homeland, The Good Wife, et Dexter, qui mettent toutes en scène des policiers-espions-procureurs cartonnent aussi chez les petits-enfants d’Edgar Hoover.

OK, on peut imaginer que ces téléchargements ne soient pas du tout lancés pour égayer les longues soirées d’hiver des personnels du Departement of Justice, mais qu’ils fassent partie d’une enquête en cours, d’un plan machiavélique pour faire tomber des méchants téléchargeurs. TorrentFreak en doute.

sur sur slate aussi

Le Vatican défend les hackers

Le Vatican et les hackers ont plus de points communs qu’on ne le croit. Le site Network World relaie en effet un article de la revue Civilta Cattolica, «dont le texte est relu pour approbation par la secrétairerie d’Etat du Vatican avant publication», où un père jésuite, Antonio Spadaro, «critique littéraire et expert en technologie», défendait mi-mars les hackers d’une façon «étonnamment charitable».

Un résumé de cet article écrit en italien a été posté en anglais sur Facebook:

«Une vision largement partagée considère les hackers comme des saboteurs, si ce n’est comme des délinquants numériques. Relier hacking et éthique peut donc paraître contradictoire. […] Sans comparer indûment les hackers et les communautés chrétiennes, cet article conclut que les deux ont aujourd’hui, dans un monde dévoué à la logique du profit, beaucoup à se donner mutuellement.»

Antonio Spadaro estime, toujours selon Network World, que la philosophie du hacking est «taquine mais engagée, encourage la créativité et le partage et s’oppose aux modèles de contrôle, de concurrence et de propriété privée». Il cite les propos de hackers chrétiens comme le californien Tom Pittman, qui a déclaré:

«En tant que chrétien, je ressens quelque chose que Dieu a dû ressentir quand Il a créé le monde.»

Dans son article, Spadaro fait notamment l’éloge de Wikipedia:

«On estime qu’il a fallu environ 100 millions d’heures de travail intellectuel pour créer la plus grande encyclopédie collaborative en ligne, ce qui est équivalent au temps que les citoyens américains passent à regarder de la publicité à la télévision en un seul week-end.»

Le théoricien reconnaît néanmoins l’existence de divergences entre l’organisation hiérarchique de l’église catholique et son concept de «vérité révélée» et la philosophie des hackers sur ces points. Des bémols qui ont paradoxalement déclenché une réplique de L’Osservatore Romano, le journal «semi-officiel» de la papauté, dont un journaliste, Luca Possati, a exprimé une vision «encore plus optimiste» des points communs entre les hackers et les chrétiens. Ce qui a déclenché une réponse aigre de Antonio Spadaro, qui a jugé cette façon de relancer le débat «incorrecte».

toujours sur slate

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s