Le « militant nationaliste assassiné » retourne au boulot

merci à rue 89 de nous éclaircir sur le dernier bobard à la mode 3eme voie...

Tout est parti d’un communiqué de Troisième voie, le mouvement national révolutionnaire de Serge Ayoub, ancien leader des skinheads. Dans ce texte, titré « Anthony n’aura jamais 20 ans », le chef du mouvement nationaliste dit au revoir à l’un de ses militants, poignardé dans le dos par une « horde » de jeunes antifascistes dimanche. L’hommage commence ainsi :

« Parce qu’il avait le malheur d’être là, parce qu’il aimait la vie, son amie, son pays […]. »

L’information s’est répandue sur tous les sites d’extrême-droite (notamment sur le site François de souche) et sur les pages Facebook des militants du FN.

Paul-Alexandre Martin, jeune militant FN, écrivait par exemple sur sa page ce mardi martin :

« Paix à l’âme de ce jeune militant nationaliste, assassiné hier pour ses idées par la racaille d’extrême-gauche et lynché par une foule d’esclaves. »

Sous cette phrase, des dizaines de commentaires, et une militante réplique :

« Incroyable que les médias n’en parlent pas. En revanche s’il s’appelait Mohamed on nous ferait déjà un lavage de cerveau ! »

Quelques heures plus tard, mardi toujours, l’information est démentie. Le mouvement Troisième voie précise, dans un nouveau communiqué, que le militant est vivant, qu’il a seulement été blessé. Mais c’est difficilement rattrapable (l’information s’est propagée un peu partout).

Serge Ayoub : « C’était une bagarre »

Joint par Rue89, Serge Ayoub explique :

« Le militant a été attaqué dimanche dans la banlieue de Lourdes. Il était avec un autre militant qui a vu du sang et il a pensé qu’il était mort, il a appelé notre chef de section pour le prévenir, qui lui-même nous a appelés.

Quand on a essayé d’avoir des informations sur l’enterrement, on s’est rendus compte que c’était pas tout à fait ça, donc on a arrêté de communiquer. Sinon, on aurait fait un scandale.

En fait, c’était une bagarre avec des blessures pas mortelles. Le militant va bien. Il a été récupéré par sa famille, il va probablement reprendre le boulot demain. »

Mais dans la région, ni la police ni la justice ne confirment une telle agression. Si elle a eu lieu, elle est passée inaperçue.

Le capitaine Maleig, du groupement de gendarmerie des Hautes-Pyrénées (qui a également démenti l’information à l’AFP et Minute) :

« On a contacté les hôpitaux, rien. On a appelé toutes les familles qui ont un fils qui s’appelle Anthony dans ce créneau d’âge, ils se portent bien. Les militants d’extrême-droite que nous connaissons ne portent pas ce prénom. C’est une rumeur, c’est infondé. »

Au commissariat de Lourdes, on nous répond :

« On sait qu’il y a des bruits qui courent, une rumeur, mais nous n’avons aucune trace d’une agression avec un couteau. »

A la gendarmerie d’Argelès, où dans une première version des faits, le militant aurait été poignardé, même topo : l’information est « erronée » et « personne n’a été poignardé ». Au parquet de Tarbes, ce mercredi, le magistrat de permanence n’avait pas non plus entendu parler de cette histoire.

lu sur rue 89

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s