Avignon, Lyon, Tours… des petits groupes fascistes toujours plus violents

Dans le sillage de la progression du Front National, de nombreux groupuscules d’extrême- droite s’agitent et compensent leur faiblesse numérique par un activisme débordant et parfois violent. Souvent liés à la mouvance « Identitaires », ils avancent parfois masqués derrière des oripeaux régionalistes, de défense de la Terre, voire culturelles ou de bienfaisance. Nous avons, dans ces colonnes, parlé de leurs exactions dans le Nord-Pas de Calais et à Toulouse mais ils sévissent aussi dans d’autres  grandes villes comme Lyon, Avignon et Tours.

A Lyon particulièrement, leur violence est endémique contre des immigrés et des militants antifascistes. Ils bénéficient en outre d’une certaine complaisance des autorités publiques qui leur permet d’organiser une marche aux flambeaux à chaque Fête des Lumières en Décembre.
A  Tours aussi, c’est fin Janvier que leur faux-nez « Vox Populi » compte organiser un défilé aux flambeaux  « troisième marche de la fierté tourangelle ». Après avoir provoqué des incidents lors de la Gay Pride en 2011 , ils ont invité récemment , par le biais d’un « cercle  Jean Royer », Christian Vanneste , ancien député UMP exclu pour son Homophobie. Ils prétendent maintenant  descendre dans la rue pour « rétablir le calme » dans les quartiers défavorisés…
A Avignon, c’est directement le GUD et les « Jeunesses Nationalistes », groupes à l’extrême-droite…du Front National qui essayent de s’implanter.
Bien sûr les débordements de ces groupes sont souvent l’arbre qui cache la forêt FN. Ils n’en restent pas moins dangereux et les antifascistes, dans l’unité militante la plus large possible, doivent alerter la population et les pouvoirs publics afin de faire barrage à leur propagande nauséabonde et à leurs petits nervis adeptes de la barre de fer.
Pour mieux informer nos lecteurs, nous publions ci-dessous trois extraits de communiqués de presse de Comités de Vigilance, Collectifs ou regroupement d’organisations qui, localement,   se sont attelés à cette tâche de salubrité publique.
V.I.S.A.
Nouvelle recrudescence des agressions fascistes sur Lyon
Communiqué de presse du Comité de Vigilance 69
« Les agressions liées aux divers groupuscules d’extrême-droite lyonnais reprennent malheureusement sur Lyon.
Après l’agression lors de la marche homophobe du 17 novembre dernier ; la condamnation d’un identitaire (secrétaire de l’organisation de la marche du 8 décembre) le 12 novembre ; de nouvelles agressions à caractère raciste, sur des militants ou des lycéens, se sont produites ces derniers jours.
Début décembre, trois jeunes marocains (l’un d’eux a fini à l’hôpital) se sont faits « chasser » du quartier Saint-Jean.
Même si aucune plainte n’a été déposée, nous ne pouvons pas taire cette énième agression dans ce quartier où certains groupes pullulent et dont le racisme n’est plus à démontrer. (…/…)
Le vendredi 7 décembre, des membres de l’ULN (la branche lycéenne du GUD), après s’être faits sortir par la gendarmerie lors d’un tractage devant le lycée Blaise Pascal à Charbonnières, ont tranquillement attendu la sortie des élèves pour passer à l’action.
Trois d’entre eux ont été blessés (coups de casques, bombes lacrymogènes…) non loin de l’établissement. Cette fois-ci, une plainte a été déposée.
Ce dimanche 16 décembre, un militant habitant les pentes de la Croix-rousse s’est fait agresser rue Vaucanson par quatre individus : les premiers coups ont été portés au crâne par un objet contondant provocant un traumatisme crânien avec perte de connaissance.
Là encore, l’absence de courage de ces fascistes est affligeante : les quatre agresseurs (trois à pied et un en voiture) ont profité de l’état de faiblesse de leur victime (hémiplégique du côté gauche) pour s’acharner sur elle.
La victime a décrit ses agresseurs habillés en skinhead néo-nazis, porteurs de symboles d’extrême-droite. (…/…)
Le collectif 69 de vigilance alerte de nouveau contre l’implantation et la violence des différents groupes fascistes lyonnais : qu’ils se prétendent identitaires, nationalistes ou patriotes, ces fascistes n’hésitent pas à passer à l’action, à prendre le bâton et leurs poings pour imposer leur vision raciste, homophobe, sexiste, réactionnaire.
Nous allons alerter tous les établissements scolaires (lycées, lycées professionnels…) sur le danger que peut représenter la présence de militants dans et hors de leur établissement.
Un travail de fond basé sur l’échange et l’explication est nécessaire pour faire face à leur violence idéologique et physique.
Nous continuerons et accentuerons notre travail de vigilance en direction des habitantEs lyonnaisEs en multipliant les actions (diffusion de tracts, rassemblement, manifestation…) en espérant que notre combat soit repris sur les lieux de travail, dans les lycées, les facultés et dans la rue !
Le combat contre le fascisme (sous toutes ses formes) est le combat de touTEs ! »

Extrême-droite à Tours : où s’arrêtera-t-on ?

«  Suite aux tensions apparues ces derniers jours dans les quartiers populairestourangeaux, notamment au Sanitas et aux Fontaines, le groupuscule d’extrême-droite Vox Populi s’aventure à publier un communiqué menaçant clairement de descendre dans la rue pour « rétablir le calme et assurer la sécurité ».

Depuis 3 ans les membres de ce groupuscule propagent leurs incitations à la haine des étrangers, de leurs enfants nés français, des musulmans, de l’homosexualité… par le biais de manifestations aux slogans et aux mises en scènes réactionnaires. Ainsi prévoient-ils encore de rendre hommage le 19 prochain, à Charles Maurras, écrivain fascisant, antisémite, idéologue du régime de Vichy, condamné pour faits de collaboration à la Libération.
Et voici que désormais, défiler de nuit dans les rues de Tours torches à la main ou rendre hommage à d’anciens collabos ne leur suffit plus. (…/…)

Cette nouvelle provocation de VP, adressée aux « autorité responsables » de l’ordre public, ne saurait être prises à la légère puisqu’elle menace rien moins que d’inciter une partie de la population à faire sa propre police contre une autre, dans un esprit de guerre civile et raciale. (…/…)

Dès lors nous ne pouvons que nous interroger sur la suspecte tolérance dont font preuve l’Etat et ses représentants, vis-à-vis de ces groupuscules d’extrême-droite galvanisés par l’aggravation de la crise sociale. (…/…)

Rappelons qu’en 2011, la Préfecture avait autorisé une contre-manifestation de Vox populi sur le trajet-même de la Gay pride, créant une forte tension à l’origine d’incidents qui servent encore aujourd’hui de prétexte à l’acharnement judiciaire contre une militante bien connue.(…/…)

Nous mettons la Préfecture au défi d’appliquer la loi, à savoir : dissolution de Vox Populi et de son paravent légal l’ASCT (Association Sociale et Culturelle Tourangelle) pour incitation à la haine raciale et  incitation à la violence en bande organisée, interdiction de la manifestation du 19 novembre prochain faisant l’apologie de Maurras, condamné pour collaboration. (…/…)

Association ABIR,  AL37, Collectif D’ailleurs Nous Sommes d’Ici 37(DNSI 37), NPA37, RESF 37, Union Syndicale Solidaires 37»

«  Appel à tous les Avignonnais et antifascistes du Vaucluse  (et plus loin!!!)

« Le samedi 22 décembre, à 18h, au « Wall Street Café », aura lieu une réunion publique
organisée par le Groupe Union Défense (GUD) et les Jeunesses Nationalistes (JN). En présence d’Alexandre Gabriac et de Yvan Benedetti.

Le GUD est un groupuscule d’extrême-droite créé en 1968 par des anciens militants d’Occident, un mouvement politique fasciste. Les Jeunesses Nationalistes ont été créées par Alexandre Gabriac, un ancien cadre du Front National, dont il fut exclu par Marine Le Pen pour avoir posé en effectuant un salut nazi. Quant à Yvan Benedetti, aussi habitué aux bras tendus, il est exclu le 28 Juin pour deux ans du FN pour avoir déclaré à une journaliste : “Je suis antisioniste, antisémite et antijuif” et est désormais le leader de l’œuvre Française.

Ce sont des militants intolérants et habitués à commettre des agressions violentes contre toutes celles et ceux qui ne leur correspondent pas : destructions de restaurants kebab, menaces de mort sur leur proprio, tabassage de militants à la sortie de concerts, climat de terreur dans certains quartiers.

Aujourd’hui, ils tentent une implantation à Avignon, en se réunissant dans un bar bien connu de la jeunesse branchée avignonnaise. Il est inacceptable que des groupes prônant la haine raciale, la suprématie de la race blanche et de l’Homme sur la Femme, l’homophobie et le rejet de l’autre prennent leurs quartiers dans notre ville.

Pour lutter contre ceux qui imposent la terreur et qui ravagent un pays se targuant d’être celui des droits de l’Homme, rendez-vous le 22 décembre à 17h devant le Wall Street Café, place Pie, à Avignon. »

Collectif Antifasciste du Vaucluse (CGA – CNT – LDH – MRAP – NPA – PCF – PG – RESF – SUD Solidaires)

informations et communiqués compilé par VISA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s